Le croquet, c'est un beau sport ...

Publié le par El Nino

... dit Gaston Lagaffe dans un de ces albums dont j'ai oublié le nom. Le spécialiste des BD qui parcourt régulièrement ce blog devrait pouvoir nous répondre, n'est-ce pas Serge ?
Bon, en fait, même si certains auront du mal à me croire, enseigner est aussi un beau sport. En tout cas, à l'Alliance Française de Lima en décembre. En temps normal, 43h ... mais transformés en 51h30 ! Une paille. Mais pourquoi donc, me diriez-vous. C'est très simple, vous répondrais-je.
Tout se résume avec Noël, cette fête où on bouffe comme des porcs, alors qu'on est censé entrer en communion avec nos frères et soeurs. Très sincèrement, vous pourriez imaginer donner cours après les excès de la dinde et du pisco le 24 et 25 décembre ? P'tet ben que oui, p'tet ben que non. Les écoles et lycées ont congé dans l'hémisphère Nord. Dans l'hémisphère Sud, au moins au Pérou, ce sont les vacances d'été. D'une manière générale, si vous avez droit à des congés, comme environ 10% de la population mondiale, vous prenez un repos bien mérité, parce que ça vous emmerderait de devoir bosser entre le 26 et le 31. Certes, je l'ai déjà fait à la SNCB (Bon ok, bosser dans les chemins de fer est presque un oxymore, m'enfin bon), mais ça n'est jamais agréable. Et franchement, faire une pause de plusieurs jours dans les cours, et devoir revenir pour 2 jours de cours avec des examens entre les fêtes, j'ai du mal à m'imaginer. Donc voilà ... Cette année, on arrête le 21 pour les cours en semaine et le 22 pour les cours du samedi. Donc, dans une semaine, je serai libre jusqu'au 3 janvier inclus. Les cours intensifs reprennent le vendredi 4 janvier, ce qui fait penser qu'on ne risque pas beaucoup d'avoir plein d'élèves en ce premier jour de cours situé en fin de semaine. Bon bref ... Ca n'explique pas encore pourquoi je fais 8h30 en plus, sauf si vous avez déjà raisonné vous-mêmes.
Faisons un peu d'arithmétique ... Il est évident que même si on termine plus tôt, on fait toujours la même quantité d'heures. Il n'y a pas de raisons. Donc, si on doit faire plus d'heures en moins de temps, on fera plus d'heures par semaine. En détail, cela donne 3h30 par jour pour les cours intensifs au lieu de 3h. Pour les cours normaux, on donne cours aussi le vendredi. Bref, toute la semaine, je me lève à 6h pour donner cours à 7h et je termine à 21h. J'ai une pause de 12h30 à 16h. Cela peut paraître beaucoup, mais en définitive, c'est un peu juste pour vraiment relâcher. Donc, nous sommes tous arrivés exténués ce vendredi et cela explique mon coup de barre signalé dans le précédent billet.
Le mois de décembre est donc le dernier mois de l'année académico-scolaire, le mois des examens. C'est aussi le dernier mois de l'année (sisi, j'vous jure), où on travaille encore plus pour son patron afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles. Qui dit examens, dit bloque. Et cela a des conséquences sur les cours à l'AF. En effet, à force d'étudier pour l'université, on ne vient plus aux cours. Pour les travailleurs, même rengaine à cause du patron. C'est chaque année pareil, et j'ai donc 6 élèves au total qui sont partis de mes cours. C'est pour tout le monde pareil. Une chose que je ne comprends pas est ceci : Si on sait qu'on va a priori devoir laisser tomber les cours pour une quelconque raison, pourquoi s'inscrire au cours et donc perdre 240 soles qu'on aurait bien utilisés pour les fêtes ou autre chose ? Faudra qu'un jour on m'explique.
Enfin bon, Joyeux Noël !

Commenter cet article

:0038: @nne marie:0002::0010: 17/12/2007 16:40



Bonne semaine pour la dernière ligne droite des préparatifs de Noêl ! ! Mille BiZouX ! ! ! !
@nne marie

Yvon 16/12/2007 21:53

un petit coucou en passant car tes articles sont toujours interessants à lirebonne soirée

christophespb 16/12/2007 21:32

Pas de gaffe, tu vas voir ca passe vite une semaine :D !

Serge 16/12/2007 18:05

"Oxymore"? Alors là, mon cher, vous m'épatâtes! Pas facile à le placer dans une conversation...C'est dans "Gala de gaffes à gogo" que le sieur Lagaffe se permet, comme dirait Boulier le comptable, ce genre d'incartades.