Relativisons sur le racisme européen

Publié le par El Nino

J'entends souvent dans mes contacts avec les Péruviens que les Européens et plus particulièrement les Français sont racistes, qu'il y a discrimination notamment envers les Musulmans. Fort bien ...
Cela, je l'entends dans la bouche de représentants de la classe moyenne péruvienne. Mais cela ne l'empêchera pas de penser et de dire que les gens de la montagne sont des alcooliques, des paresseux, des voleurs et des violeurs, des "communistes violents", des "terroristes", des ignorants, des gens sur qui il ne faut pas hésiter à frapper, et tant pis s'ils sont tués. Tant qu'on y est, il ne faut pas hésiter à napalmer les communautés les plus radicales, ce qui constitue un crime de guerre basé sur la haine raciale. Ce sont des Indigènes qui n'ont aucune morale, qui méritent leur sort, et s'ils veulent en sortir, ils doivent s'intégrer dans la société mercantiliste. Bref, les Indigènes sont des poisons. Mais ce n'est pas du racisme évidemment ... Non, d'ailleurs, ce sont eux qui sont racistes quand ils veulent protéger leur mode de vie.
Donc, les Européens sont des racistes. Belle hypocrisie. Mais le comble de l'hypocrisie sera atteint quand ces gens de classe moyenne qui voyagent en Europe n'hésiteront pas à dire qu'il y a "beaucoup" de Musulmans dans le continent, ce qui dans leur bouche équivaut à "trop" de Musulmans. Ce sont évidemment des gens qui ne savent que maltraiter les femmes et qui déstabilisent les économies des pays développés par leur présence.

Alors, vous savez, quand ils se plaignent du racisme des Européens, j'acquiescais au départ. Maintenant, je souris en coin intérieurement. Parce que les Péruviens peuvent être très racistes quand ils veulent. D'ailleurs, j'ai vu un commentaire sur la main de Thierry Henry qui disait "les Français sont les Chiliens de l'Europe", ce qui, vu l'état des relations chileno-péruviennes, n'est pas un cadeau.

Commenter cet article

mutuel en ligne 16/11/2012 13:01


www.mutuel-en-ligne.fr

gerard 20/07/2012 14:02


beau ramassis de lieux commun... vous devez tous les 2 travailler pour la ccopération ou le MAE.. c'est pas possible de penser ce genre de platitudes bisounoursesques... la colonisation la
matrice du racisme... mais quel gland gland... comme si les indigènes, d'où qu'ils soient, avaient attendu le méchant zueopéen pour se mettre sur la figure...


des préjugés, il y en a partout, allez, disons que ce n'est pas bien, mais ils sont "normaux", les péruviens comme les autres en ont, et selon leur degré de mélange, ils rejettent plus ou moins
les autres, c'est, je le répète, normal...


moi, j'apprécie la société péruvienne, elle est encore assez fière d'elle, de son passé, et a pu digérer les apports successifs, bien sur en éliminant la civilisation antérieure, mais c'est aussi
cela le darwinisme culturel et civilisationnel, le pérou a pu se créer une identité, morenos indios cholos y demas... et même si les disparités, les préjugés et différences existent, elles sont
construtives, pas comme en france ou le changement civilisationnel et le recul culturel est devenu à la mode, la france est en profond changement, trop d'afrique et de musulmans, remplacement du
peuple autochtone par des parasites qui nous emmènent à la ruine, plus d'esprit national, pourtant fédérateur, juste escupir sur le pays d'accueil, qui n'a pas besoin de ces sangsues...


et pas de racisme, je suis également marié à une péruvienne, matinée cochon d'inde, et cela ne pose pas de problème...


retirez un peu vos oeillères...

ARNAUD LG 31/05/2011 13:12



Bonjour à tous. Je suis marié à une péruvienne depuis longtemps et j'ai été choqué au début de mon mariage
à propos des a-prioris que les péruviens avaient à propos de tout. L'histoire la plus flagrante de rascisme au pérou fut celle d'une communauté découverte des ses frontières vers le brésil; la
populace a été choquée de constater que ces gens ne se sentaient pas péruviens, qu'ils ne souhaitaient pas l'être et qu'ils ne reconnaissaient pas la souveraineté du Pérou sur leurs
terres.


La leçon de morale devrait être claire vu que l'ONU avait formé le principe inaliénable de droit à
l'autodétermination. Mais non, le rascisme. son fondement est clairement exprimé quand un soi disant peuple ne traite pas à égal avec un autre quel qu'il soit au nom de repères culturels
subjectifs.


Dans les anciennes colonies il y a toujours des tensions entre les ehtnies dirigentes et celles qui
subissent le transfert des pouvoirs.


Au pérou la notion de peuple au singulier est impropre à la paix sociale. Les pays les plus dévellopés du
monde sont tous fédéralistes. Même l'Espagne l'est malgré des tensions dues à la cicatrisation de ses blessures. La france ne l'est pas par exemple; cela vient du fait que c'est un pays qui se
lance des fleurs dès qu'il peut. Un français ne pense pas qu'il soit possible qu'une personne puisse ne pas vouloir être française, il ressent de l'animalité face à ce genre de personne et cela
conduit au rascisme car le fond de l'histoire c'est qu'il pense que l'autre lui est inférieur. Etrangement la xénophobie prend la place du rascisme dans les zones colonisés comme la
Bretagne, l'Alsace, pays basque, la Corse. C'est sûrement qu'il ne peuvent plus être rascistes pour eux. La colonisation est un viol, le peuple doit le comprendre pour condamner la
violence d'état et non pas pour rentrer dans le rang des forces de destructions téléguidées par le profit de quelques uns.


Ceux qui pensent que l'action politique rasciste (dès qu'il y a lutte entre peuple il y a rascisme, car on ne peut attaquer avec animosité quelqu'un qu'on pense meilleur que soi) est une
gloire pour leur pays devraient se demander où en est leur vie personnelle et sexuelle car la violence est un paliatif à la pauvreté d'âme. Dix milles pauvres types font rapidement une force de
frappe répréssive.


Face au rascisme d'état il n'y a qu'une seule voie, la fermeté absolue. Celle du curé de campagne prenant en défaut un enfant pêcheur; la voix forte et la trique.


Le rascisme puisqu'il fait appel à des valeurs communes ne peut pas être considéré comme un problème personnel mais comme une volonté consciente d'un groupe ethnique entrainant les autres à sa
suite.


Donc pour moi le problème péruvien est profond dans ses racines, mal orienté, et indu par des valeurs étrangères issues de l'époque rasciste coloniale.


Rassurez vous c'est à peu près partout pareil, dès qu'on soumet la gestion de plusieurs peuples sans leur demander leur avis à la volonté d'un seul.


Je t'accèpte comme un "égal" mais, à une condition; tu combattras mes ennemis.



Guillaume 19/04/2011 08:49







Lydie 21/09/2010 17:33



Je suis tout à fait d'accord, il y a beaucoup de racisme entre Péruviens, et une grande différence de classes sociales. Il est rare de voir le directeur d'une institution saluer la personne qui
fait le ménage ou la sécurité... Il est fréquent d'entendre des blagues lourdes sur les "serranos" ou "selvaticos", qui ont préservé leurs traditions et le contact avec la nature, qui travaillent
avec la terre et survivent. Il m'est aussi arrivé d'entendre que les vendeurs dans les rues sont des fainéants...dans la bouche d'un "serrano" issu d'une famille pauvre...Des personnes qui sont
dehors toute la journée et qui gagnent très peu d'argent alors qu'il serait si facile de voler... sont des fainéants? Ce qu'il faut se demander, c'est pourquoi il existe ce racisme et ce
dénigrement de la part des personnes de classe moyenne. Mon hypothèse est que pour se valoriser, ces personnes ont recours au dénigrement des "serranos" car cela leur permet de se différencier
des "voleurs", des mauvais. Ils veulent à tout pris être modernes et rejettent ce qui est traditionnel. Ils accomplissent ce que les colons espagnols ont imposé : la fin des traditions et
religions indigènes et le cadeau des richesses du pays aux étrangers. D'ailleurs, comment est-ce possible que la religion catholique soit si respectée alors qu'elle leur a été imposée à force de
coups et de tueries? On peut dire que les colonisateurs ont bien fait leur mission de manipulation...