Le Vénézuéla condamne le Pérou

Publié le

Besoin de rappeler les faits ? Les autorités vénézuéliennes décident de ne pas renouveller la concession octroyée à RCTV . Elles estiment qu'il faut informer autrement, et certainement pas via des médias golpistes. Parce que oui, RCTV avait soutenu le coup d'Etat contre Chavez en 2002. Et c'est là que ça commence à être bizarre. Parce que c'est comme si le propriétaire d'un appartement louait à un particulier le logement et que ce dernier allait l'attaquer dans ledit appartement. Il faut bien avouer que le propriétaire aurait le droit de mettre le locataire dehors des lieux. C'est justement ce qu'a fait Chavez ... Le fait est que RCTV avait donné la parole aux golpistes et quand Chavez est revenu au pouvoir, ce fut le black-out total. Comme le fait remarquer Un Homme, TF1 n'a rien fait pour améliorer la télévision française, tout comme RCTV. Beaucoup de gens pourraient se plaindre de TF1 et cela ne dérangerait pas grand monde de voir sa concession non-renouvellée. Après tout, quand une entreprise privée ne respecte pas le contrat signé avec l'Etat, c'est le droit de l'Etat de rompre le contrat. Au Pérou, on a fait cela (alors qu'on est en régime néo-libéral !) pour des entreprises d'électricité et de distribution d'eau. En Argentine, le gouvernement Kirchner a cassé la concession accordée à Suez pour la distribution d'eau dans le grand Buenos Aires. A l'époque, il y eut quelques remous avec le gouvernement français, mais tout rentra dans l'ordre et personne ne parlait plus après quelques jours "d'attentat à la propriété privée". Donc, pourquoi tout ceci contre Chavez ?
Mais les choses vont plus loin et l'attitude du gouvernement péruvien est véritablement scandaleuse. Tout d'abord, celui-ci a condamné le Vénézuéla pour cette décision de non-renouvellement. Cela me fait marrer de penser que les Péruviens sont pour une fois d'accord avec les Chiliens sur le sujet (Socialistes et Pinochettistes chiliens ont comparé Chavez à Hitler) alors que ce sont des frères ennemis. Mais ensuite, il faut savoir que le président Alan Garcia a fermé  5 médias de la région de Ancash, la région où votre serviteur a séjourné il y a quelques semaines (à Huaraz). Peu après mon séjour, il y a eu une grève régional pour le manque de moyens accordés aux régions par le gouvernement central. D'autres mouvements ont eu lieu entretemps dans d'autres régions, au Sud comme au Nord, et on prévoit même dans les prochains jours une autre grève régionale dans le Nord-Est (département de Loreto). Cela semble donc être des revendications légitimes. Qu'a fait le président Alan Garcia ? Il a écouté les manifestants ? Non, il a fermé ces 5 médias parce qu'ils avaient  parlé objectivement et donc sans doute un peu trop positivement  au sujet des manifestants aux yeux de Garcia. Il y a évidemment une différence entre position golpiste et position de simple opposition. C'est bien cela qui délimite l'indépendance de la presse et aussi le droit à la liberté d'expression. Garcia a probablement pensé que c'étaient tous des terroristes, tout comme la presse aux ordres (très indépendante donc), mais ceux-ci protestaient d'une manière légitime. Les médias aux ordres ont critiqué les manifestants, Garcia a fermé les médias locaux, ne disposant a fortiori pas d'autant de moyens que la presse nationale, liée aux financiers internationaux. Ceux-ci sont amis de Garcia, mais ennemis de Chavez.
Quelle fut la position du président vénézuélien face à ces fermetures ? Aucune. Mon titre est donc ironique. Il aurait pu les critiquer pour faire contre-balancier, et aussi comme l'a fait l'Union Européenne face au non-renouvellement de RCTV. Cela aurait été de l'ingérence étrangère, et les médias du monde entier, en premier lieu péruviens, se seraient déchaînés contre lui, mais il n'a rien fait. Mais le gouvernement péruvien, lui, a condamné l'action de Chavez contre RCTV.

Cherchez l'erreur ...

Publié dans Médias

Commenter cet article