Nostalgie en fumée

Publié le par El Nino

Vous savez tous combien compte pour moi Piura, cette ville du Nord, qui m'a donné tant de chaleur, au propre comme au figuré. Et il y a des moments qu'on n'oublie pas dans cette ville : le contact avec les gens et la saveur des bons petits plats. Aujourd'hui, depuis une quinzaine de minutes, j'ai compris que mon meilleur souvenir gastronomico-social était parti en fumée.
J'ai connu le restaurant "Carbumer" avant de me marier en avril 2004. On y rencontre une ambiance feutrée, rustique, très serviable, de bons petits plats préparés avec finesse pour pas cher mon frère. Eh bien tout le complexe abritant ce restaurant et ses annexes (bar, galerie d'artisanat) est parti en fumée à 80%. Il y a pour 80.000$ de dégâts.
Peu de gens peuvent comprendre mon actuelle tristesse, excepté mon frère et mon père qui étaient venus avec moi et ma femme y manger le jour après notre mariage. C'est là que j'avais compris que mon plat péruvien favori était la Causa Rellena, c'est là que je mangeais le 23 du mois pour célébrer mon mariage, c'est là que j'allais chaque fois que j'avais une petite envie. Quand j'entrais dans ce restaurant, j'étais toujours très bien accueilli et les plats y étaient tellement bons que je prennais plus de temps que nulle part ailleurs pour choisir.
Le "Carburmer" fait partie de ces petits moments de la vie, de ces petits plaisirs qu'on n'oublie pas. Comme les agréables après-midi d'été avec ses amis d'enfance, manger au "Carburmer" est un souvenir impérissable, une sorte de symbiose avec ce qu'il y a de meilleur sur cette Terre, une rencontre avec ce qu'il y a de plus simple, humble, et merveilleux à la fois.
Ce lieu, situé à 50m de la "Plaza de Armas" de Piura, était un havre de pays, une sorte de paradis où on oubliait tous les soucis de la vie. Il a disparu et je pense aussi aux pauvres serveurs souriants qui voient maintenant leur travail adoré s'effondrer. C'est peut-être finalement ce qu'il y a de plus dramatique dans cette histoire ...

Publié dans Histoire & Culture

Commenter cet article