La Huaca Pucllana : une leçon d'humilité

Publié le par El Nino

Ce jeudi 8 octobre, j'ai profité d'un jour férié (célébration d'une défaite militaire péruvienne) pour visiter la Huaca Pucllana, site archéologique pré-inca, situé à environ un kilomètre de chez moi, dans le district liménien de Miraflores. Etant plus ou moins sur le trajet de mon domicile à mon lieu de travail, j'avais déjà plusieurs fois longé le site, sans y entrer, mais en me demandant ce qu'il y avait à l'intérieur. J'avoue avoir été déçu par certains sites archéologiques dans la région de Lima, et je suis allé à la Huaca en me demandant si je n'allais pas subir la même sensation. Il n'en fut rien ...

Déjà, quand vous franchissez la billeterie, un curieux spectacle s'offre à vous, celui de ces temples ayant pour fond des bâtiments dits "modernes".



C'est le premier choc de toute une série qui montre un contraste saisissant entre la Lima "moderne" et les restes très bien conservés de temples de la civilisation Lima, pré-inca car ayant vécu de 200 à 600 ap. J-C. Evidemment, cela peut avoir son charme. On pourrait se dire que la ville de Lima, et plus spécifiquement le district de Miraflores, a très bien conservé son patrimoine historique et culturel. La partie du site que je vais vous montrer est effectivement bien insérée dans la métropole et un de ses districts les plus huppés, mais certains aspects du site montre très bien à quel point la civilisation moderne est décidément bien inférieure en intelligence réelle et en moralité que celles que l'on trouve dans le Monde Antique.

En effet, cette Huaca est constituée d'adobe disposé d'une manière assez curieuse, comme on dit en espagnol, "en librero", c'est-à-dire comme des livres. La photo suivante l'atteste :


Le plus fabuleux dans cette disposition est qu'elle empêche les "livres" qui se tiennent les uns aux autres dans des sens différents, ne risquent de faire basculer l'autre d'à côté. La photo suivante le montre plus clairement :



Les "livres" sont parfois orientés vers la droite, parfois, vers la gauche, parfois aussi sur un plan différent, ce qui donne parfois un aspect trapézoïdal. Les choses sont tout aussi nettes sur cette photo plus large :


Si on regarde à l'intérieur, la disposition est en fait assez aléatoire, mais mûrement réfléchie :


Mais mûrement réfléchie pourquoi ?
Comme vous pouvez le constater, tout ce temple, cette "Huaca" est en très bonne état. Ses formes trapézoïdales sont loin d'être en ruines, la conservation est de haut niveau. Et pourtant ... En 1746, un séisme détruisit Lima et tua 6000 personnes, notamment à Callao, le port de Lima. En 1940, un autre séisme fit 100 morts et détruisit de nombreuses maisons à Lima. Le séisme de 2007 fit bouger de nombreux édifices liméniens, y compris les plus modernes. Et la Huaca ... rien. Cette géniale disposition empêcha tout séisme, depuis 1500 ans, de les faire basculer, et le site archéologique traversa les siècles sans aucune altération. Quand on apprend ça, on se sent tout petit, on est impressionné, et on ne peut s'empêcher de penser que décidément notre civilisation a beaucoup de choses à apprendre. Malheureusement, cela ne l'empêche pas de maltraiter elle-même ces ruines. Observez bien la photo qui suit ...


Vous voyez le haut édifice bleu plus ou moins au centre de la photo, avec les 3 antennes, tout au fond ?
Selon notre guide, il forme la limite externe de la vrai Huaca, dont une grande partie a donc été recouverte par la ville. Il ne reste aujourd'hui que 6 hectares sur 28 au total, et cet édifice se trouve à 1 kilomètre de là où nous sommes. On a du mal à imaginer que cela ait été possible par l'urbanisation frénétique que Lima a connue après la seconde guerre mondiale. On est en droit de se demander si les gens savaient ce qu'il y avait en-dessous de leur constructions. Mais peu importe, les 22 hectares de cette Huaca sont enfouis pour toujours en-dessous des immeubles "modernes". Cela me fait penser aux édifices construits par les Espagnols à Cusco, ceux qui ont recouvert sans aucun scrupule les solides fondations incas. Selon notre guide, les habitants de Miraflores venaient dans le passé faire du vélo, de la moto et même des courses de voitures sur le sable qui recouvrait encore à ce moment-là la Huaca. On peut l'imaginer sur cette photo suivante :



Quoiqu'il en soit, cette visite d'une petite heure fut une leçon d'histoire, mais aussi une leçon d'humilité car elle montre que les civilisations antiques avaient réussi à construire de solides édifices résistant à toutes les colères de la Terre, et que nous, sombres crétins, avons presque entièrement enfoui sous nos tonnes de béton.

Et pour que vous gardiez malgré tout encore le sourire, je vous salue bien bas en vous quittant sur cette dernière photo :

Publié dans Histoire & Culture

Commenter cet article

boullet 09/10/2009 21:32


bonsoir,

eh ouais!!!les civilisations antiques avaient tous compris !!!!l
aurevoir
christine boullet


Mr Wang 09/10/2009 18:43


Ben oui, y a les incas et les incapables! comme disait l'autre!