Que viva Francia, carajo !

Publié le par El Nino

Certains d'entre vous doivent sans doute se demander comment se passent les choses à l'Alliance Française, avec toute cette agitation électorale.
Evidemment, l'ambiance qui règne dans cette institution dépend du candidat ou de la candidate majoritairement soutenu(e). Déjà, il faut bien se rendre compte que la part des candidats hors clivage gauche-droite est restreinte. Si vous regardez ce lien, vous vous rendrez compte de la presque disparition du 3° homme, François Bayrou. Le Pérou et ses résidents français ne semblent pas déroger à la règle. J'avoue avoir été super-méga-très surpris (et le mot est encore faible !) par les votes des Français du Pérou : 80% pour Ségolène ! Oui, vous lisez bien. Jean-Marie Sarkozy a un score encore plus petit que sa taille (Bon, j'ai dit qu'il fallait pas se moquer des gens de petite taille sur un autre blog, c'est vrai). A noter que 17 Français sur les 1800 ont voté ... Le Pen ! Je me demande parfois ce qu'ils fouttent au Pérou.
Donc, l'ambiance est à gauche (enfin, si on considère Ségolène à gauche), une ambiance pour l'instant encore joyeuse. Les électeurs de Royal sont satisfaits, et les Péruviens semblent appuyer Marianne. Faut dire qu'elle a une plus belle gueule que l'autre Frankenstein ...

Quoiqu'il en soit, on va peut-être installer un écran géant pour le 6 mai, comme pour les matchs de foot de la Coupe du Monde. Si tel est le cas, je serai à l'AF ce jour-là.
Tout le monde connaît très bien la rancune que j'ai envers les socialos d'une manière générale. Et peu importe Royal ... Moi, je soutiens les Français, parce qu'ils se sont (presque) toujours battus du bon côté. Que c'est un peuple formidable. Que c'est à eux et à leur culture que je dois aujourd'hui ma position professionnelle et qu'ils m'ont mieux traité que ces réacs de la SNCB. Alors, le 6 mai, si c'est Nicolas Le Pen qui gagne, je lâcherai un gros "Putain !", et si c'est Royal, je resterai soit neutre, soit avec un (très) léger sourire. Et de toute façon, que les Français continuent à manifester leur mécontentement quand ça ne va pas, parce que c'est pour ça qu'on les aime.

Commenter cet article