Un peu d'humour, quoi !

Publié le par El Nino


Et hop une petite catégorie non-péruvienne, non latino (même si l'auteur l'est).

Voici un extrait du dernier texte rédigé par le Sous-Commandant Marcos concernant la mondialisation actuelle. Vous pouvez le trouver sur le site de Mondialisation.





Wag the dog [1] est une expression propre à la langue anglaise qui signifie quelque chose comme "remuer le chien par la queue" (restez attentifs, s’il vous plaît, sinon c’est incompréhensible). C’est la suprême aptitude à la manipulation médiatique. Actualités, tables rondes d’experts, commentaires et colonnes des rubriques politiques ont tous pour objectif de "remuer le chien par la queue", c’est-à-dire "faire en sorte que les choses arrivent", mais en partant d’un mensonge.

Voilà la nouvelle "habileté" des médias électroniques. De même qu’ils font "disparaître" des réalités et des mouvements en les ignorant ou en les diffamant (des exemples récents : San Salvador Atenco, le mouvement de l’APPO dans l’Oaxaca, la mobilisation citoyenne contre la fraude électorale du 2 juillet 2006), de même ils peuvent "créer" des simulacres médiatiques sans aucun fondement réel. Autrement dit, ils créent des mythes postmodernes.

Exemples de mythes créés, crus et diffusés par les moyens de communication :

Mythes politiques : le gouvernement de Felipe Calderón Hinojosa est fort, légitime et légal et veille au bien-être de tous les Mexicains ; le PRD est un parti de gauche ; le PAN est le parti du "renouveau culturel" ; le PRI est un parti politique.

Mythes sportifs : l’équipe de foot nationale du Mexique possède une qualité footballistique de niveau international ; les World Series du base-ball gringo sont une compétition mondiale ; la tenue des Jaguars du Chiapas a une belle couleur.

Mythes militaires : l’armée fédérale existe pour protéger la souveraineté nationale ; la vieille femme indigène qui a été violée par les soldats dans la Sierra de Zongolica, au Veracruz, est morte de gastrite aiguë et non de viol ; l’armée combat le narcotrafic.

Mythes policiers : les attaques lancées par le gouvernement du DF contre le noble quartier de Tepito ont pour objectif d’en finir avec la délinquance et non de favoriser l’installation de centres commerciaux ; la police empêche les délits d’être commis ; l’AFI combat le crime organisé.

Mythes des spectacles : Britney Spears souffre dans le programme de désintoxication auquel elle s’est soumise ; RBD est un groupe de musique.

Mythes culturels : Conaculta est une institution qui promeut la culture et les arts ; le Congrès de l’Union mexicaine est réellement intéressé à la promotion du cinéma mexicain ; Sebastián est un sculpteur.

Mythes éducatifs : Elba Esther Gordillo est institutrice ; le Ceneval bénéficie à l’enseignement moyen et supérieur ; Josefina Vázquez Mota travaille à l’amélioration de l’enseignement au Mexique.

Mythes juridiques : la justice mexicaine est honnête, propre, impartiale et objective ; la Constitution est la loi suprême dans notre pays ; l’État de droit règne au Mexique.

Mythes économiques : les privatisations sont nécessaires et urgentes pour le bien de l’économie nationale ; les réformes de l’ISSSTE réussiront à le sauver ; la banque est utile à l’économie mondiale.

Mythes comiques : il existe une différence entre les nouvelles de la classe politique et les vignettes comiques des journaux.

Mythes religieux : Onésimo Cepeda est un évêque catholique.

Mythes éthiques : la position que l’on adoptera en ce qui concerne l’avortement sera une position en faveur de la vie ou en faveur de la mort.

Mythes historiques : Cuauhtémoc Cárdenas Solórzano a quelque chose du général Lázaro Cárdenas del Río (en plus du patronyme, je veux dire).

Mythes de l’information : Gutiérrez Vivó et Jacobo Zabludovski sont des représentants de la presse libre, indépendante et honnête ; Crónica est un journal ; Joaquín López Dóriga et Javier Alatorre sont des journalistes.

Mythe sexuel : le Sup Marcos a de belles jambes... ("Quii veeeeeeeeeeeut du riz au lait ?")

Publié dans C'est pas le Pérou

Commenter cet article