Médias, sport, et nationalisme

Publié le par El Nino


Depuis 2 jours, ça n'arrête pas ! Les "Unes" des médias sont toutes les mêmes et continuent à dispatcher les mêmes commentaires sur cet évènement importantissime. De quoi suis-je en train de parler ? D'une affaire de corruption qui a éclaté au sein du Gouvernement et qui éclabousse toute la classe politique péruvienne ? Malheureusement non. Des chiffres de la pauvreté qui sont toujours aussi affreux ? Toujours pas. Du Retour d'Alberto "El Chino" Fujimori ? Heureusement non.
Non, l'évènement de la fin du dernier weekend - début de cette semaine, c'est la qualification du Pérou pour le Mondial de foot, catégorie Sub17. Autrement dit les jeunes ...

Cela peut paraître surprenant. D'abord, a priori, les jeunes reçoivent moins d'attention que les adultes dans le monde du sport. Ensuite, c'est une simple qualification, pas un quart de finale de Coupe du Monde contre l'Espagne gagné aux tirs au but. Seulement voilà, cela fait 25 ans qu'une équipe du Pérou (adultes ou jeunes) ne s'était plus qualifiée pour une phase finale de Coupe du Monde. Et cela, quelques fanatiques l'ont bien compris et ils ont décidé de sabrer le champ... euh le Pisco pardon.

Personnellement, cela fait déjà plusieurs années que le sport me gonfle royalement, mis à part à quelques occasions. C'est d'abord plein de pognon, de corruption, de tricheurs, de violents, de supporters imbéciles, et j'en passe. Comme on le dit parfois, vive la pétanque ou le croquet.
Mais évidemment, ce qui est tout à fait étonnant et irritant, c'est la capacité des médias à totalement récupérer cet évènement et à faire passer au second plan des choses plus importantes (pauvreté, corruption, etc ...). Le sport est non seulement traffiqué, mais en plus, il occulte à travers son stupide nationalisme des réalités et cela sert bien les besoins des élites. D'ailleurs, le président-voleur-assassin Alan Garcia a déjà récupéré l'histoire en invitant les nouveaux héros au Palais Présidentiel.

Qu'on se le dise, le sport, c'est agréable quand c'est entre nous. C'est même vivement conseillé pour pas mourir d'un arrêt du coeur à 60 ans, mais je hais le sport de compétition où des drapeaux sont dressés pour faire oublier les vrais problèmes. En occultant la réalité péruvienne, ces fouttus médias ont encore montré qu'ils se fouttaient du peuple péruvien en brandissant les drapeaux.


Si ça c'est pas de la démagogie ...

Publié dans Médias

Commenter cet article