Hugo Chavez ne déraperait-il pas ?

Publié le par El Nino


Dans un article au sujet ironique, Thierry Deronne se demande si Hugo Chavez ne dérape pas avec cette histoire de législation par décret. Ici-même, je poursuis la même ironie avec un sujet un peu différent, mais tout aussi vénézuélien.

Les organisations féminines vénézuéliennes sont contentes et elles le font savoir. En effet, aujourd'hui est paru dans "La Gazette Officielle" (l'équivalent du "Moniteur" ou du "Journal Officiel" au Vénézuéla) une nouvelle loi qui va enfin protéger les femmes contre la violence.

Celle-ci établit que celui qui "est déclaré coupable de délits, mauvais traitements, agressions, menaces ou harcèlement sexuel contre une femme peut encourir jusqu'à 18 mois de prison ferme." Cette nouvelle loi organique, signée par le président Hugo Chavez et votée par l'Assemblée Nationale Législative, permettra aux femmes victimes de violence (ou à leurs parents ou toute autre personne témoin) de dénoncer la personne incriminée. Ces dénonciations pourront se faire auprès des instances civiles, organismes policiers, ou au Ministère Public. La loi signale que ceci se fait indépendament de la nationalité, de l'origine ethnique, de la religion ou de n'importe quelle condition sociale.

Voir : Rebelion

Voilà donc une loi qui semble être un modèle du genre, et donc, selon la presse et les puissances du monde, venant d'un "dictateur". Cela me fait penser que les hypocrites de la droite réactionnaire péruvienne dénoncent les violences familiales au Pérou (parce qu'après tout, le chef de cette droite est une femme), mais qu'ils attaquent violemment Hugo Chavez pour son côté "totalitaire".

Surtout, ne cherchez pas dans les mass-médias pour ce genre d'infos, vous ne trouverez pas. On ne vous parlera que de l'opposition qui crie à "l'autocratie" ou éventuellement les entreprises qui étrangères qui crient au "non-respect de la propriété privée."

Donc, non, Hugo Chavez ne dérape pas. Il maintient le cap, et il sait ce qu'il veut.

Publié dans Amérique Latine

Commenter cet article