Pérou, pays du "libre marché" ?

Publié le par El Nino


Ces derniers mois, les articles pleuvent à propos de la bonne santé de l'économie péruvienne. Comprenez que la croissance est au rendez-vous avec un taux de 9% pour janvier 2007. Il est vrai qu'il existe un boom économique sur les matières premières, mais on attend toujours la redistribution des richesses. En attendant, les économistes de tout poil (surtout les néo-libéraux) félicitent régulièrement le Pérou pour ses mesures en faveur de la croissance et encore récemment, un responsable de l'APEC (Zone de libre-échange Asie-Pacifique) a qualifié la croissance péruvienne de "miracle économique". Ben voyons, et les 51% de pauvres, c'est aussi un miracle sans doute ?

Donc, me voilà, dans un laboratoire de l'ultra-libéralisme pour pays du Sud exportateurs. Un symbole du "libre marché" ... Quoique ... Je ne suis pas sûr que les différentes concessions offertes aux entreprises étrangères soit vraiment du "libre marché". Certains sociaux-démocrates européistes se gausseraient évidemment de la "concurrence libre et non-faussée" dans la Constitution ex-morte-née (demandez à Angela et Nicolas). Mais peu importe. L'important, c'est d'observer un secteur économique vital pour le Pérou, à tel point qu'on traite mieux les étrangers que les autochtones : j'ai nommé LE TOURISME ! Et c'est là qu'on se rend compte que les principes du "libre marché" ne sont jamais respectés. Jugez plutôt !
Ma chère et tendre voudrions nous évader de cette ville de fous qu'est Lima pour nous changer les idées. Et il faut bien admettre qu'il y a du choix. En tout cas en théorie. Le Pérou regorge de sites touristiques. Le problème, c'est que c'est cher et surtout ... que les prix augmentent à la Semaine Sainte, lors de la Fête Nationale du 28 juillet, mais aussi à Noël. Les agences de voyages et tout le secteur touristique (hôtels, compagnies de bus, ...) en profitent pour élever leurs prix qui sont parfois le triple de ceux pratiqués en temps normal. La loi de l'offre et de la demande ? Connais pas.
En attendant, on comprend pourquoi les Liméniens ne connaissent pas bien leur pays. Evidemment, il y aura toujours quelques imbéciles arrogants pour vouloir se caser dans les plages du Sud de Lima, privées et donc puant la merde (au figuré hein) au lieu d'aller admirer les superbes villes régionales. Mais d'autres voudraient bien profiter de ces quelques trop courtes pauses pour être fiers de leur pays. Mais quelques rapaces ont décidé de passer par là pour faire un maximum de pognon. A noter que cette pratique de profiter du maximum de gens pour faire un maximum de pognon est aussi appliquée pendant les élections. Et là, on aurait bien envie d'en lapider quelques-uns. Evidemment, voter n'est pas la chose la plus agréable dans un continent où les candidats alternatifs sont vilipendés, mais force est de constater que profiter d'une obligation électorale pour faire monter les prix est vraiment honteux.
Bref, nous voilà en train de rechercher un hôtel sympa. Destination : Ica-Pisco, la région des lignes de Nazca quoi. On ne les visitera pas car trop cher. Ma délicieuse fait la secrétaire-téléphoniste tandis que je fais des recherches. Et là voilà qui téléphone à un hôtel de Pisco pour les tarifs, disponibilité, services. Réponse : "Retéléphonez dans 2 jours car les prix auront augmenté pour la Semaine Sainte". Je mens pas ...

C'est quand même fou de s'imaginer que ce pays regorge d'une petite clique de voleurs (Je précise que je ne généralise pas) prêts à tout pour faire un tas de pognon sur le dos du peuple. Et je parlais du "libre marché" appliqué au Pérou, mais si cette notion existait réellement, on aurait plus le choix et le "con-sommateur" serait plus respecté. Evidemment, je ne demande qu'on se mette à plat ventre devant moi pour accepter tous mes caprices. Mais je trouve scandaleux qu'on profite des beautés naturelles pour voler les gens ainsi. Il n'y a pas d'autres mots ! Et je ne vois rien de "libre" là-dedans. Quand on est presque obligé d'acheter un produit Microsoft ou que les compagnies aériennes pratiquent des prix exorbitants pour les vols Europe-Amérique Latine, je ne suis pas sûr qu'il y ait de la liberté là-dedans. Mais augmenter les prix pendant les fêtes ou les élections, c'est vraiment prendre les gens en otage.

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

Un Homme 17/03/2007 18:18

"Petit rappel de bareme" comme dirait l'autre:- en periode de vacances, le nombre de gens voulant partir est plus important qu'hors vacances => la demande augmente.- par consequent, si l'offre reste constante (et je suppose qu'on ne construit pas d'hotels juste pour les vacances), son prix tend naturellement a augmenter.Bref, les prix qui augmentent en periode de vacances, c'est l'illustration flagrante de la loi de l'offre et de la demande.Quant au marche "libre et non-fausse", c'est evidemment un voeu pieux tout aussi utopique que, disons, la dictature du proletariat ou la paix dans le monde...Monde de merde...