Le carrefour de la mort

Publié le par El Nino

Voici un carrefour en apparence anodin  :

1201-006.jpg

Pas celui à l'avant-plan, mais celui à l'arrière-plan. Il fut difficile pour moi de choisir le bon angle.

Le fait est que je vis donc à la sortie d'un rond-point, comme vous pouvez le constater, et que la voie prioritaire est mon avenue. En effet, la plupart des voitures vient d'une autre grande avenue. Pour être plus claire, voici le plan :



Je vis donc sur l'avenue José Pardo, au niveau du 13, et la majorité des voitures vient de l'Avenue del Ejercito (Perez Aranibar). Elles entrent donc dans cette avenue par le carrefour de l'avant-plan.
Toutefois, un nombre non-négligeable de voitures entre dans l'Avenue de l'Aviacion, qui se dirige vers le Sud-Est, et qui est donc le carrefour de l'arrière-plan, le carrefour de la mort.

Pourquoi de la mort ? Parce que les voitures entrent dans cette avenue sans mettre leur clignotant. De plus, on a bien souvent l'impression que ces voitures ne vont pas entrer dans cette avenue secondaire parce qu'elles sont sur la gauche du rond-point. Et puis brusquement, elles empruntent l'avenue en tournant à droite très brutalement et donc ... sans clignotant.
Evidemment, si on décide de traverser en pensant que la voiture ne viendra pas et qu'elle fait le contraire, ça provoque parfois quelques stress. Je suis régulièrement surpris par l'attitude des conducteurs, mais c'est rien à côté de ce que certains peuvent dire.
Comme ils n'utilisent pas leur clignotant, il ne faut pas demander à ces castards d'être poli. Et puis de toute façon, la bagnole rend con. Mais à 2 reprises : on (moi et ma femme) s'est fait insultés. La première fois ensemble, avec un beau "conchudos" (petits cons). On avait terminé de traverser la rue quand une voiture a brusquement tournée à droite et s'est engagée à fond de balle dans l'avenue. De toute façon, la gueule du type n'avait pas l'air engageante. La deuxième fois quand ma femme est sortie du restaurant qu'on peut voir sur la photo pour retourner à l'appartement chercher sa carte de banque (la mienne ne fonctionnant pas). Elle s'est fait alors traitée de "perra", c'est-à-dire ... salope.

Ceci pourrait venir s'ajouter aux articles concernant les hommes péruviens, mal éduqués, et n'ayant aucun respect de la vie humaine quand ils sont au volant de leur vieille carcasse. Un jour, je vais en achever une avec un cocktail molotov. A bonne entendeur, salaud !








Publié dans Education & Santé

Commenter cet article

christophespb 13/01/2008 18:13

Rrrooo tu vis au 13, je vis au 13 et ceci a seulement 13 000 km :D(non non j ai pas fume aujourd hui).Sinon ici, insulter "franchement" une personne un peu complique car tu ne sais jamais a qui tu as a faire. [d ou une incivilite - importante qu en France par ex, mais une violence + importante quand elle se manifeste...]Bon dimanche, Christophe

Michèle 13/01/2008 10:45

La condition au Pérou pour prendre le volant est-elle d'avoir un langage "châtié" ?