Expropriation de terres indigènes

Publié le par El Nino

La congressiste nationaliste Juana Huancahuari Paucar a accusé le gouvernement apriste d'attenter contre les principes et droits nationaux et internationaux en approuvant la loi N°1640 qui déclare "d'intérêt national" 20 projets miniers, incluant Majaz (le site d'exploitation minière refusé par la consultation populaire). Elle a aussi fait appel à toutes les communautés paysannes et indigènes du pays pour qu'ils défendent leur droit à la consultation et rejettent le projet d'expropriation que le gouvernement soutient avec cette mesure.
"Ce projet, venant de l'Exécutif, prétend dégager la voie pour que n'importe quelle entreprise minière puisse exproprier les terres et extraire les ressources naturelles de la nation, passant au-dessus des intérêts des communautés paysannes, des gouvernements locaux, et du milieu naturel", a affirmé la congressiste.
"L'intention de ce projet est de laisser de côté le volet social du problème, le droit à la consultation des communautés paysannes, le consentement libre et informé des populations, la planification territoriale, la zonification écologique et economique, la promotion de l'activité agraire et la protection de l'environnement, ce qui a autant ou même plus d'importance que l'activité minière, et qui doit être évalué cas par cas", a ajouté la législatrice.
"Le grade de corrosion de ce gouvernement apriste en faveur des entreprises minières est scandaleusement agressif", a-t-elle continué, "et il a perdu son rôle impartial dans la promotion du développement."
La congressiste a insisté sur la nécessité de créer une véritable Autorité Autonome Environnementale et la formation d'une Commission de la Vérité sur les Entreprises minières, qui investiguerait sur les impacts environnementaux de telles activités et effectuerait des recommendations pour le développement durable.
L'ingénieure Huancahuari (tiens, je pensais que c'étaient des ignorants, moi) a aussi accusé le Gouvernement de vouloir retirer 209.000 hectares du territoire du Parc National Bahuaja Sonene, où se trouve un espace connu comme le Candamo, considéré par la National Geographic Society comme un des sanctuaires naturels les plus emblématiques du monde. Ce projet aura pour finalité d'y établir une nouvelle zone d'exploitation d'hydrocarbures.
La congressiste a conclu en disant que "le gouvernement se croit toujours sous le règne de la Vice-Royauté. Il serait bon que le Président Garcia descende de son nuage et écoute tout le monde. Il a été élu pour gouverner avec tous les Péruviens et pas être un agent de la Société National des Entreprises Minières et du Pétrole".

Source : Servindi.

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

Tony 09/10/2007 13:49

Apparemment les indiens peruviens sont moinsdifficiles que les indiens guatemalteques... :-(

A - Danielle 04/10/2007 21:14

votre blog est original ! bravo !

Serge 02/10/2007 11:00

Garcia a la chance (?!) de diriger un pays où les deux sources d'énergie inépuisables (ou presque) que sont le soleil et le vent sont omniprésentes et il va nous conclure des contrats pour aller creuser là où les Espagnols ont tout retourné il y a des siècles. Pas de doute, ça sent les pots-de-vin (de Cahors, bien sûr!) à plein nez!

Patakes 30/09/2007 11:09

Le plus grave dans tout ça, c'est que le gouvernement veut investir dans des énergies fossiles. Le contraire de ce qu'il faut faire sur cette terre. Bon, évidemment, à court terme, c'est probablement moins cher. Mais à long terme ?

@tom 29/09/2007 02:22

Et sinon, il peut se représenter aux prochaines élections présidentielles, Garcia, où il a pas droit à d'autres mandats? Ce serait pas mal qu'il ne puisse pas...