Arturo

Publié le par El Nino

Aujourd'hui, je voudrais rédiger un billet assez atypique. Je suis un peu à court d'idées en ce moment, et l'actualité me passionne moins. Heureusement, il ya encore des choses qui me font réagir et ce qui va suivre devrait d'ailleurs produire le même effet chez tout le monde : surprise, émerveillement, admiration, respect.
Mon beau-père s'appelle Arturo Cornejo. Il est né dans cette superbe ville d'Arequipa le 11 novembre 1928. Dans un peu plus d'un an, il aura donc 80 ans. Il y a quelques années, mon beau-père a été victime d'une attaque qui lui a fait perdre sa capacité d'utiliser sa main droite, la bonne évidemment. Ce détail est fondamental pour comprendre ce que je veux exprimer ici.
Arturo a une belle bibliothèque dans son appartement. Il vit avec d'autres personnes de la famille et une bonne. Sa bibliothèque est un réservoir de connaissances sur les sciences, l'histoire, la géographie,  les mathématiques, ... Chaque fois que j'y vais, je prends un de ces livres, et je potasse. 
Mon beau-père est avant tout un être cultivé, et passionné de langues. Il a appris l'anglais, le français, l'allemand, et le suédois tout seul ! Il faut dire qu'il a travaillé pour Volvo et il a dû aller en Suède. Evidemment, avec l'âge, il a oublié tout cela, mais il me salue toujours en disant "Bonjour, comment ça va ?" et à la fin il lache un "Au revoir !"Autant dire que cet homme est avant tout un auto-didacte qui aime se remplir le cerveau. Il a aussi écrit plusieurs livres, dont un a été publié par une maison d'éditions. Sur la présentation de l'oeuvre, on peut lire qu'Arturo est un "polyglotte admirable qui a pu maîtriser toutes ces langues grâce à une méthode et une discipline de fer".

Dimanche, comme d'habitude, nous avons mangé ensemble. Soit nous allons chez lui, soit c'est lui qui vient. Et cette fois-ci, il avait apporté avec lui un livre de trigonométrie ...  qu'il a élaboré tout seul !
Je sais qu'à cet instant, vous commencez à écarquiller les yeux. Quel genre de livre ? Quelle forme ? Comment ? Etc ... Et là, plusieurs photos et vidéos vallent mieux que n'importe quel discours :

2808-001.jpg
2808-002.jpg

2808-003.jpg

2808-004.jpg





Vous vous imaginez vous ? En train de rédiger un livre de trigonométrie à presque 79 ans, et en étant handicapé de la main la plus valide ? Tous les dessins ont été réalisés par ordinateur avec la seule aide de la souris et du clavier. Toutes les équations rédigées une lettre après une autre. Un travail de patience incroyable ! Moi, j'en suis mouché, et pourtant ce n'est pas le nez qui manque chez moi.

Publié dans Education & Santé

Commenter cet article

Michèle 29/09/2007 10:47

Bonjour,J'ai terminé hier soir un un livre de Denis GUEDJ intitulé "Villa des Hommes".  Il m'a énormément plu et je n'ai cessé de penser au billet que tu as consacré à Arturo. Denis Guedj est mathématicien, professeur d'histoire des sciences et de cinéma.Ce roman évoque la rencontre de deux hommes que tout semble opposer, un vieux monsieur allemand mathématicien et un jeune françaix libertaire. L'histoire se situe pendant la première guerre mondiale.Je conseille vivement sa lecture.

soleil51:0010: 29/08/2007 12:53

Bel hommage ! ! Mon oncle qui a 86 ans fait encore des programmes pour la Nasa ! ! Quelle génération ! ! Bon mercredi et bizettes du pays de Râ ! ! ! @nne marie

Albert 28/08/2007 21:25

Ce Monsieur trouverait sans doute sa place dans cette séquence radio de la "Première" , «MON GRAND-PÈRE CE HÉROS»Aujourd'hui mardi, c'était ;  Odilon CALAY, inventeur d'une méthode de sténo largement enseignée en Belgique, raconté par son petit-fils...Je précise que Odilon CALAY avait perdu l'usage d'une main suite à un accident dans sa jeunesse !Je suis toujours content quand on me parle de gens comme ton beau-père.Cela me donne de l'espoir en l'humanité !Albert.

Serge 28/08/2007 20:07

Je dois ajouter que lorsque je l'avais vu la dernière fois, je m'étais permis de lui demander son avis sur les futures élections présidentielles, celles qui ont vu l'émergence de cette raclure de Garcia. Il m'avait bien fait comprendre que les Péruviens devraient choisir entre des candidats symbolisant la peste ou le choléra... On voit le résultat aujourd'hui. Il avait raison.

Serge 28/08/2007 20:05

Pour l'avoir rencontré, je puis confirmer que cet homme sort de l'ordinaire. Et mérite un respect sans condition.