Président, entends-tu ...

Publié le par El Nino

... les cris sourds du pays qu'on affame ?

C'est une grosse ironie de penser que le président Garcia avait promis il y a 3 semaines encore que le Pérou irait mieux dans les prochaines années, comme il l'avait dit durant la campagne électorale. Je continue donc sur ma lancée et je rebondis par rapport à ce qu'a dit Arnaud : l'attitude du Gouvernement est lamentable. Et puisque le sieur Garcia comprend le français (quand il a voulu échapper à la Justice pour ses crimes, il est venu en France),  j'aimerais lui poser une question : comment vous sentiriez-vous si vous étiez dehors dans le froid, sans eau, sans électricité, avec peu de nourriture, et de la famille perdue ? Je suis sidéré de voir que ce Monsieur demande du calme, comme son Premier Sinistre d'ailleurs, alors que les citoyens des districts huppés sont directement écoutés par leur maire ! Quand les riches de San Isidro protestent à la mairie, on fait directement la courbette de peur de perdre ses voix. Seulement voilà, quand on est pauvre, on peut toujours crever. Il n'est pas compliqué de comprendre cela, il n'y a qu'à regarder la Nouvelle-Orléans !
Evidemment, je ne dis pas que c'est facile et évident de gérer une crise pareille, mais nous savons tous, pour avoir fait un peu de géographie à l'école, que le Pérou se trouve dans la zone andine, et que les Andes sont le produit de la rencontre de 2 plaques tectoniques. Se forment alors des volcans, symboles de la fusion des 2 plaques qui se rencontrent. Et on trouve alors dans ces zones de subduction des foyers sismiques. Evidemment, si Garcia et sa mafia sont aussi cons que Bush et sa clique qui ne comprennent rien aux ouragans, alors on n'est pas dans la merde. Mais cela veut dire qu'une telle position devrait obliger les autorités à prévenir. Quand je suis arrivé au Pérou, j'ai été agréablement surpris par les moyens donnés aux organisations météorologiques pour la surveillance du phénomène El Nino. Certes, ils n'ont pas les moyens des Américains, mais c'est pas mal du tout pour un pays du Tiers-Monde. Pourquoi donc il n'y a pas plus de moyens pour les séismes ? Pourquoi, juste au moment du séisme, le site de l'Institut de Géophysique du Pérou devient indisponible ? Et puis, pourquoi la Bolivie a-t-elle réussi à envoyer le jour d'après un premier avion d'aide à Pisco même ? Pourtant, la Bolivie est encore plus pauvre. Seulement voilà, le gouvernement bolivien est plus proche des gens. Et c'est là toute la différence.
Encore à l'instant même, je vois des gens pleurer à la télévision, et pas une jeune femme, un homme adulte ! Peut-on vraiment s'imaginer un seul instant qu'il y a quelconque exagération dans cette réaction ? Et les pillards ? Je veux bien admettre que cela n'est pas la meilleure réaction mais s'il y a manque de vivres, il y a forcément instabilité sociale. On ne peut donner aucune leçon à quelqu'un qui est dans le besoin et envers qui on a des devoirs parce qu'on est son mandaté ! Comment ces riches osent-ils donner des leçons alors qu'ils dorment confortablement dans leur maison le soir venu ? Que feraient-ils eux s'ils vivaient la même situation, eux qui viennent gémir s'il y a un décibel de trop dans leur rue ?
A Pisco, tout le monde crie que l'aide n'arrive que dans le centre-ville, évidemment un peu mieux construit que la périphérie, où il y a toujours plus de maisons plus instables. Mais la situation la plus symbolique de tout ce chaos et cette hypocrisie, c'est la région de Huancavelica, dont j'ai déjà parlé hier. Cette région n'a quasiment reçu aucune attention médiatique. Depuis 2 jours, j'ai lu seulement 2 articles sur le sujet, alors que 40% des villages sont détruits et qu'il y a plusieurs milliers de sans-abris dans cette région la plus pauvre du Pérou (taux de pauvreté : 88%). Aucun pont aérien n'a été établi, et je n'entends rien sur une quelconque mise en place de transport pour y apporter des vivres, des vêtements, de l'eau, et le rétablissement de l'électricité. Ces gens n'ont donc rien, et c'est à se demander si on ne va pas au devant d'une catastrophe humanitaire dans certains coins du pays !

Alors, que faire, me diriez-vous ? Je sais que des médecins de Lima ont été envoyés sur les lieux, mais ça met du temps. Entretemps, les blessés les plus sérieux ont été amenés dans les hôpitaux militaires de Lima, mais est-il possible de soigner tout le monde ? Je suis certain qu'il existe plein de médecins sans travail prêts à vouloir se rendre sur les lieux du sinistre pour soigner les gens. Les médecins ont bien souvent la volonté d'aider son prochain (c'est pas comme certains en France ou en Belgique !). L'électricité peut être facilement rétablie parce que les entreprises ont certainement les moyens. Seulement voilà, elles sont essentiellement privées, et je ne peux m'empêcher de penser à l'entreprise publique du Nord où j'habitais avant et qui faisait un très bon boulot avec les moyens du bord. Mais le privé ne fait décidemment pas son boulot. Pour les vivres et l'eau, une décision peut-être exceptionnelle mais forte devrait être prise : obliger les grands supermarchés à aider les gens en apportant massivement de la nourriture dans la zone sinistrée. Si ça les emmerde, on peut les menacer de retirer leur licence ou saisir leurs bénéfices. A situation exceptionnelle, décision exceptionnelle. Quand la vie des gens est en jeu, rien ne devrait venir au-dessus. Le logement serait évidemment le plus difficile. Je ne suis pas suffisamment connaisseur là-dedans, mais il y a sans doute des bâtiments inoccupés ou d'autres occupés qu'on pourrait partager ou réquisitionner. L'armée peut aider aussi.
Pour les entreprises de transport, au-delà de la prison et du coup de genou, mon poing dans leur gueule aussi, merci.

Publié dans Séisme 15 août 2007

Commenter cet article

christophespb 18/08/2007 13:01

C est vrai que c est assez lamentable. Pauvres gens.Christophe

soleil51:0010: 18/08/2007 11:09

Je comprends ta révolte mais il doit certainement y avoir des paramètres qui nous échappent ! ! Espérons que tout soit mis en route pour que tous les sinistrés puissent enfin voir le bout de leur calvaire ! ! Gros bisous ! ! @nne marie

El Nino 18/08/2007 14:27

Désolé, mais moi ils ne m'échappent pas.

@tom 18/08/2007 02:58

"Quand la vie des gens est en jeu, rien ne devrait venir au-dessus". J'aimerais tant pouvoir dire: "rien ne vient au-dessus"...