L'urbanisme à Lima (2)

Publié le par El Nino

Comme vous le savez, le transport à Lima est un vrai problème. La capitale péruvienne est certainement une des rares villes de cette importance à n'avoir ni métro, ni système de transports efficaces et cohérents. Cela est dû principalement à l'explosion démographique dont j'ai parlé dans la première partie. Néanmoins, les autorités de la ville impulsent régulièrement de nouveaux projets, notamment de grandes avenues, mais aussi le réasphaltage d'autres artères ou de petites rues. En ce moment, les petites rues internes aux blocs sont en cours de réasphaltage à Miraflores, et notamment autour de l'Alliance Française. Malheureusement, ce genre de décision est prise essentiellement dans les quartiers les plus huppés parce qu'ayant plus de moyen. Lorsque je vais près de l'Université Publique, dans un quartier où je n'irais pas me promener tout seul la nuit, les rues sont dans un état horrible, y compris les grandes avenues. Les nids de poule sont tellement énormes que cela provoque des bouchons. C'est dire ... Je peux remarquer que même dans les projets certes positifs, il y a ce genre de disparité ou de discrimination dans les projets urbains. 

Mais bon, ne soyons pas trop négatifs, et saluons les projets du maire de l'agglomération de Lima, la province constitutionnelle de Lima, Monsieur Luis Castaneda Lossio, qui a lancé il y a quelques jours un projet d'une grande importance : la construction d'une grande station centrale dans le Sud-Est du centre-ville, à côté du Palais
de protection des corrompus de Justice. Depuis quelques jours, les ouvriers s'acharnent à retirer toute la terre (23.000 mètres cubes au total), ce qui permettra d'ensuite lancer les projets de construction de l'infrastructure moderne, avec pistes, bornes, affichage électronique et commerces. Fin des travaux prévus pour dans un an. On croise les doigts. 
Cette station centrale fait partie d'un grand corridor long de 33 kilomètres qui unira les districts Nord avec les districts du Sud.



Vous pouvez voir sur cette photo où se trouve la Station Centrale : c'est le deuxième rond vers le Nord. 3 autres stations doivent être construites, mais ce seront plutôt des terminals (Ou terminaux, je sais plus, je suis fatigué non didju).

Ce corridor s'appelle le Métropolitano, et ne vous y fiez pas : il ne s'agit pas d'une ligne de métro, mais d'une ligne de bus. Des bus au gaz assure-t-on. On peut le croire car j'ai des élèves dont les parents sont les gérants d'entreprises de transport et qui partent parfois en Chine ou à Bogota (où le système de bus est, paraît-il, très performant) pour y conclure des affaires en matière de bus à gaz.
Ce projet est vital pour Lima : il permettra de rationnaliser le système de transport qui est une vraie merde à l'heure actuelle (bon, peut-être pas comme à Santiago, hein Tom) avec de la pollution, des insultes et des embouteillages.
Preuve que le projet est sérieux : la Via Expresa "Paseo de la Republica" dont j'ai mis une photo dans la première partie est en remodélation, c'est-à-dire que les 2 bandes centrales réservées au bus sont fermées pour les réasphalter et surtout installer des abris bus faisant office d'arrêts modernes. Cela est aussi en cours dans la partie Sud, au-delà de cette route express qui se termine plusieurs kilomètres avant le terminal Sud (le premier en bas sur la carte). Selon l'organisme qui dirige toutes les opérations, il y a en ce moment un total de 26 kilomètres en cours de réfection pour accueilir ce nouveau système de bus moderne. 
Cette ligne devrait être aussi alimentée par des routes secondaires, mais je n'ai que trop peu de précisions à ce sujet-là. Il paraît aussi que d'autres corridors de ce type devraient être mis en place sur 9 autres artères (passant notamment à côté de chez moi), mais ce n'est visiblement qu'une seconde étape.

Ce qui est certain, c'est que ce projet est vital pour Lima. Il existe nombre de personnes souffrant de surdité et de maladies respiratoires à cause de la pollution de l'air et celle du bruit, surtout dans le centre de Lima. Cette partie de la ville est effectivement un enfer dans les grandes avenues, et mieux vaut ne pas trop y aller. De ce point de vue là, Lima est une ville très fatiguante, raison pour laquelle j'évite de sortir.
On peut espérer que ce projet arrivera à son terme. Les pauvres Liméniens sont sceptiques, mais c'est surtout parce qu'ils sont mal informés. En discutant avec mes élèves, j'ai pu remarquer que j'étais beaucoup plus au courant qu'eux. Il faut donc être optimiste et les derniers projets urbanistiques qui ont été conclus (certes, avec un peu de retard, mais ça c'est partout) sont une preuve d'une certaine vitalité de la direction de la ville. D'ailleurs, 85% des Liméniens font confiance à leur maire. Qui dit mieux ? Certainement pas Bush ...

La fois prochaine : le métro (le vrai, le train quoi).

Commenter cet article

@tom 20/07/2007 02:11

Bah à Santiago ça va bien finir par se réguler.Mais des bus à gaz??? Put... ils ont rien compris à l'écologie encore!

El Nino 20/07/2007 04:45

Qui ça, les gens de Santiago ou de Lima ?

christophespb 19/07/2007 21:03

Salut,Si reellement 85% des Limeens font confiance a leur maire , doit y avoir des raisons quand meme ? Ne pas en tenir compte, est ce juste ? (je ne crois pas qu a Lima ou ailleurs, il y a 85% de milliardaires corrompus ou 85% d abrutis non ? ) Bonne soiree, Christophe

Mimisan 19/07/2007 15:31

Je souhaite donc que ton optimisme soit justifié :D(code à taper: MAN :D)

T. Rebecchi 19/07/2007 12:21

Salut !De part sa position géographique la capitale péruvienne ressemble beaucoup à Port-au-Prince, coincée entre la mer et les montagnes.Dans ce genre de ville sud-américaine, il est clair que l'urbanisme est une question vraiment fondamentale, et ce sont souvent les riches qui en profites parce que ce sont les riches qui font la politique de la ville.Regardes en France, une ville comme Marseille, qui elle aussi est coincée entre la mer et les montagnes. Je peux dire de Marseille, où jai vécu, que c'est une ile sur la terre, parce que ses habitants vivent vraiment coupé du monde, justement à cause de cette géographie.Dans cette ville donc, ça fait bientôt dix ans, qu'il n'y a plus aucun terrain constructibles. Mais plus aucun.Et bien il a fallu faire des choix, parfois étranges. Mais des choix. Ainsi quand on détruits une série de ces vilaines tours de béton pour construire une résidence et bien les populations et leurs problèmes sont déplacés dans une autre ville. L'exode social !Pour ce qui est des routes dans cette ville... déjà quand j'étais môme c'était la merde. Depuis le tunnel sous le Vieux Port ça va mieux... mais le matin si tu habites à un bout de la ville le 16ème arrondissement par exemple , il est impossible de se rendre à lautre bout pour travailler . Trop peu de temps. A moins de partir à 5h00 / 5h30 du matin pour éviter les bouchons... Pour prendre le travil à 8h30 c'est un peu raide !!! Même chose le soir. Et la ville ne compte même plus un million d'habitants.... Alors c'est pas le Pérou !(je savais qu'un jour j'arriverai à caler cette expression dans une phrase et hors de son contexte :p )Pour ce qui est des transports à Port-au-Prince, n'imagines même pas... il faudra que je fasse un effort littéraire surhumain et surréaliste pour que vous puissiez comprendre. J'essayerai ! :-))Au fait, on fait quoi pour la fête nationale belge ?Bonne journée,Tony

El Nino 19/07/2007 20:39

Pour la fête nationale belge, on décide de se scinder ...Sinon, merci pour ta vision de Marseille. J'ai déjà travaillé avec mes élèves sur le projet "Euroméditterrannée", un de ces projets urbanistiques mégalos qui satisfont surtout les gros promoteurs immobiliers (j'avais à partir d'un article de l'Huma ;) )