Le Pérou et les bruit de bottes

Publié le par El Nino

Je voudrais commencer ce billet  en signalant que je vais très bien et qu'il ne faut pas s'inquiéter. Je suis certes un peu fatigué parce que ça va faire 2 ans que je travaille sans vacances. Mais pour le reste, je vais très bien. Les derniers évènements sociaux qui se sont déroulés et que je vais expliquer plus en longueur à travers la traduction d'un article  ne doivent absolument pas vous inquiéter. Si, comme je le présage, cette actualité risque de déborder dans vos journaux (si cela continue), dites-vous bien que je suis vivant, plus que jamais même, et que je sais très bien comment je devrai gérer les choses. Vous qui lisez ces quelques lignes, vous devriez vous en rendre compte. Ceux qui ne savent pas lire ceci et qui risquent de voir à la TV ou d'écouter à la radio les évènements doivent savoir que je vais bien. Je compte sur vous pour tranquilliser toute personne qui s'inquiéterait à mon sujet. Merci d'avance.

Le Pérou et le bruit des bottes
APM

Le Président a donc autorisé aux Forces Armées d'intervenir dans le conflit social qui paralyse de plus en plus le pays maintenant, et cela pendant une période de 30 jours. Je rappelle qu'Alan Garcia a depuis quelques semaines les pleins pouvoirs en matière de sécurité et de répression.
La Fédération des Travailleurs de la Mine et de la Métallurgie ainsi que la Confédération Nationale Agraire avaient convoqué pour le 11 et 12 juillet une grève générale contre la politique du gouvernement, qui renforce la grève illimitée des travailleurs de l'Education Publique. De plus, les régions de Tacna, Moquega et Puno (Sud du pays) se sont joint au mouvement. La CGTP a aussi programmé de se joindre au mouvement pour dénoncer les promesses non-tenues par Alan Garcia en matière de redistribution des richesses dans un pays où 51% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Selon l'ombudsman, il existe actuellement 75 conflits sociaux dans le pays.
Le SUTEP a convoqué cette grève car le gouvernement a prévu de promulguer une loi qui autoriserait le licenciement des professeurs qui échouent 3 fois consécutivement à un examen (sans avoir de formation pour sortir de ce manque de compétence, je précise). Selon le gouvernement, ceci devrait améliorer la qualité de l'éducation.
C'est donc pour cette raison que 70% des écoles sont paralysées actuellement dans le pays. A Puno, la principale route a été bloquée par les manifestants qui ont réclamé plus d'investissement social. La société qui gère le train menant au Machu Picchu n'a pas pu aussi continuer ses services en raison de bloquages similaires.
Le gouvernement a tenté de discréditer le mouvement en s'insurgeant contre la mort d'une fillette qui avait reçu une pierre au moment où elle traversait une rue dans laquelle il y avait des affrontements entre la police et les manifestants.
Selon Carlos Toche, du Centre d'Etudes et de Promotion du Développement, ces manifestations ont lieu (à quelques jours de la fête nationale) parce que la croissance économique ne s'est pas traduite dans une hausse du bien-être dans tout le pays, et que cela a profité essentiellement à une minorité. Pour le chercheur, le gouvernement n'a aucune politique à long terme, et qu'à court terme, il a seulement décidé de militariser la société, et donc de fragiliser la démocratie, en imposant des mécanismes de contrôle social et en laissant de côté le dialogue et la concertation.
Il existe au Pérou un grand mécontentement parce que le président privilégie les plus importants secteurs économiques. La cote de popularité du président a chuté de 63 à 42%. A ces critiques, le président a répondu que "le Pérou n'est pas paralysé, ce sont simplement quelques petits groupes qui perdent leurs privilèges." Il a alors demandé la sérénité afin de pouvoir intervenir avec les Forces Armées dans l'espace publique et de garantir l'ordre, ce qui peut être considéré comme de l'autoritarisme.

Source : Rebelion

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

Mimisan 15/07/2007 08:21

Avant qu'on parle de ça au japon, il peut passer encore beaucoup d'eau sous les ponts de la Sumida... Tout ce qu'on voit du Pérou, c'est justement le train du Machu Pichu et les choses de ce genre...

El Nino 15/07/2007 15:45

Remarque, les touristes ont difficile à accéder maintenant au MP. Alors, legouvernement n'aime pas ça, et dans notre mondialisation, c'est peut-être la première info qui risque de resortir : les effets "négatifs" de ces manifestations sur le tourisme.

Serge 13/07/2007 18:07

Et bien voilà, Alan Garcia voit sa cote de popularité chuter. Donc, probablement, il ne sera pas réélu. Donc probablement, son successeur sera aussi nul que lui, et donc Alan Garcia sera réélu dans 2 législatures. Ce pays, c'est un foutage de gueule permanent du peuple qui est le seul à trimer pendant que le système politique et ceux qui en bénéficient ne bouge pas d'un iota. Mais qu'attendent les vrais gauchistes pour se structurer en vrai parti politique et à prendre le pouvoir par les armes démocratiques?

Rémy 13/07/2007 17:44

Bonjour Nino.Heuresement que tu dis que tu vas bien sinon je m'inquieterai.C'est de pire en pire ce qui se passe dans ton Pays.Alan Garcia devient de plus en plus puissant...Tiens le coup camarade et met nous au courant des evenements.D'ailleurs, qu'en penses tu de tout ça?

Tony 13/07/2007 16:43

Le vrai Pérou...