Les "arriérés" provinciaux

Publié le par El Nino

J'ai pu constater sur le blog d'Arnaud que 98% des candidats du DELF qui se sont présentés à Trujillo ont réussi leur oral. Oui, je sais, vous allez me demander ce que c'est que le DELF. C'est en fait un diplôme (Diplome d'Etudes en Langue Française) décerné par le Gouvernement Français pour pouvoir l'utiliser dans environ 140 pays du monde à des fins professionnelles mais aussi éducatives. Et bien sûr, les niveaux avancés vous permettent d'accéder aux universités françaises.
Donc, à Lima, c'était aussi la semaine passée les examens. Je n'ai fait que passer 8 élèves pour le niveau B1 (en gros, savoir se présenter, jouer un rôle et présenter brièvement son point de vue sur une question d'actualité) et 3 ont échoué avec 2 élèves à 12/25 et 1 à 6.5/25. C'est plutôt rare, et d'une manière générale 90% des candidats au B1 réussissent. C'est 95% et plus pour les niveaux inférieurs, 65% pour le B2 et entre 20 et 40% pour le C1. Autrement dit, nettement plus bas qu'à Trujillo. Pourquoi cette différence ? Bien malin qui pourra l'affirmeravec certitude et précision. J'ai néanmoins quelques pistes qui révèlent quelques aspects de la vie péruvienne :

D'abord, les gens de Lima sont nettement plus occupés durant leur journée et ont moins le temps d'étudier. C'est d'ailleurs un reproche que je leur fais : tout étudier en même temps, et donc mal étudier.
Le problème, c'est que la politique est plutôt de vouloir laisser passer trop d'élèves, notamment parce que ce sont des "clients" et que ces messieurs-dames protestent. Donc, durant les cours normaux, même de mauvais élèves passent sans trop de problèmes. Arrivés au DELF, la situation est totalement différente car il n'y a aucune discussion possible et on est strict car c'est quelque chose de sérieux. Bref, les élèves qui ont "réussi" dans les cours normaux tombent comme des mouches au moindre examen un peu plus difficile.
Je pense que l'ambiance de Lima n'est pas aussi propice à de bonnes études, et je mettrai en avant le stress ambiant qui nuit à de bonnes études.
Mais comme l'a fait remarquer Arnaud, ses élèves de Trujillo ont l'air aussi plus motivés que ceux de Lima. Par quoi ? Peut-être parce que des personnes un peu moins arrogantes ont plus envie de connaître des choses et de s'impliquer dans leurs études. A Lima, la suffisance règne plus et on croit qu'en étudiant "plus ou moins", on arrivera à quelque chose.
Tout cela, ce ne sont pas des certitudes, mais ça montre que cette perception des "arriérés provinciaux" est en fait presque l'inverse dans la réalité : ce sont les gens de la ville qui croient tout connaître alors qu'ils ne connaissent pas beaucoup en réalité.

Commenter cet article

christian et renee :0027: 26/06/2007 00:23

bonsoir EL NINO , ton blog est interessant , mais il fait beaucoup de reproches aux soit disant riches , mais ce n'est pas sur un blog que tu les trouves , nous ne sommes que des gens moyens et il ne faut pas tout nous mettre sur le dos , nous vivons certe bien , mais ne pouvons pas en permanance donner notre argent durement gagné et méritons de la dépenser à notre guise , il n'est pas volé celui là , il nous appartient bien , et le partageons avec qui nous voulons , je ne pense pas qu'il soit nécessaire de nous donner mauvaise conscience , nous savons tous que la pauvreté existe , même chez nous en France , et je crois qu' il faut déjà regarder devant sa porte plutôt que devant celle du voisin . Et là crois moi , il y en a de pauvres gens à aider .Sans rancune , j' espère , mais j' aime bien ce que tu fais , ça remue un peu quelque part .Gros bisous de mamiekéké et cricri d'amour , les marseillais .