Un petit Pisco, Mr Sarkozy ?

Publié le par El Nino

Il a fallu du temps pour que "l'affaire de la tasse de thé" traverse l'Atlantique au point d'arriver jusqu'au Pérou. Tout était parti, rappelez-vous, d'un petit lien sur le site du Grand Soir, puis la nouvelle s'est propagée en Belgique, et quand elle est malgré tout arrivée en France, c'était pour dire qu'il était fatigué et qu'il avait bu du thé. La nouvelle avait donc mis du temps à se frayer un chemin dans les oreilles de chacun et mes collègues français ont été bien surpris d'apprendre la nouvelle. Je me souviens que moi-même j'avais raconté à l'histoire à un collègue et il n'était pas du tout au courant, et avait été bien surpris. Et puis, avec la propagation des ondes, il put mater la vidéo.
Ensuite, je me permis d'en parler dans ma classe du cours du soir en signalant que c'était quand même bien net qu'il était dedans. Il y a quelques jours, après avoir pu voir la vidéo, mes élèves m'ont bien confirmé que ce n'était pas de la fatigue et qu'il était clairement bourré. En fait, tout le monde admet plus ou moins qu'il est bourré. Les médias péruviens, eux, n'ont rien fait d'autre que de relier l'information "officielle" (et information officielle est un oxymore dans beaucoup de cas) mais avec la vidéo, histoire de prendre les gens pour des cons. Je ne pense pas qu'au Pérou, ce genre de fiesta passe. Ces derniers mois, certains congressistes avaient été filmés à leur insu dans une boîte brésilienne. Et franchement, je m'en fouttais un peu. Ils ont aussi le droit de s'amuser. Mais ça situe le niveau de moralité de la société péruvienne. Ce qui est différent, c'est évidemment de se montrer bourré devant des journalistes lors d'une conférence de presse dans un des plus importants bâtiments du monde.
Je me souviens qu'on a beaucoup parlé des affres de Chirac pendant toutes ces années. S'il était apparu bourré dans les mêmes conditions, on aurait jamais parlé de thé ou de fatigue. Mais avec la censure sarkozienne et sa "rupture tranquille", c'est différent.

Quoiqu'il en soit, pour nos amis français qui visitent ce blog, sachez qu'un homme politique belge nommé Michel Daerden avait été interviewé par la RTBF lors de la soirée des élections communales et était apparu on ne  peut plus bourré. Cela avait fait rire beaucoup de monde à l'époque, mais pas moi. J'estime qu'en tant qu'homme politique, on doit montrer l'exemple. En attendant, aux dernières élections législatives, cet homme politique socialiste a gagné son pari d'être l'homme au plus grand nombre voix de préférence dans la province de Liège, battant son rival libéral. Cela est tout à fait singulier quand on pense que le parti de l'homme bourré s'est pris une branlée dans toute la Belgique et que le parti libéral a gagné les élections en Wallonie. "Moralité" (si j'ose dire) : il faut se bourrer la gueule pour être populaire. Pour plus de compréhension sur le sujet, voici la vidéo qui avait à l'époque été classée dans le TOP 10 des vidéos les plus consultées sur Youtube :



Personnellement, je serai toujours surpris du comportement de mes congénères qui sont offusqués par quelques vols à la tire et oublient un peu vite toutes les affaires de corruption de certains hommes politiques, mais votent pour un homme bourré.  Pour Sarkozy, ils ont voté pour un gars qui veut soi-disant rétablir le respect (surtout envers les hommes d'affaires), veulent des peines plus sévères pour quelques petits voleurs de quelques euros, mais tolèrent des dirigeants bourrés devant les caméras. Leur faire comprendre leur malhonnêteté s'apparenterait alors à ce que j'appelle de la "chirurgie psychologique".

Publié dans Médias

Commenter cet article

@tom 25/06/2007 21:22

en fait c'était peut-être bien du thé, si si, mais avec de la vodka dedans, pour faire un bon grog. Ou avec des feuilles de coca

Tony 24/06/2007 10:22

Pour ma part ce que je trouve génant, ce n'est pas le fait qu'il est "trop" bu, trop car ne buvant officiellement jamais, il n'a peut etre absorbé que 4cl de Vodka, mais c'est cet oxymore redondante d'information publique. Et comme on dit en Russie, Monsieur Sarkozy n'est vraiment pas Monsieur perestroika !!!