Oxfam et la réalité économique péruvienne

Publié le par El Nino

L'ONG Oxfam a visiblement une autre manière de calculer la croissance économique péruvienne. Evidemment, je ne suis pas économiste. Il m'est donc difficile de porter un jugement objectif sur ce qui va suivre :

Selon l'organisation, l'économie péruvienne n'a augmenté que de 2,4% en 2006 au lieu de 8% comme déclaré officiellement l'Etat péruvien. Il existe 2 raisons selon l'ONG :

  1. Il faut décompter 5,8% des 8% pour tous les rapatriements d'argent effectués par toutes les transnationales.
  2. Cette croissance est notamment dûe aux pris des métaux qui sont très élevés.
Le rapport d'Oxfam continue en signalant que la proporition de personnes travaillant sans contrat de travail a augmenté de 30% entre les années Fujimori et les années Garcia, passant de 35 à 65%. Dans le secteur de la construction, elle atteint 84%. Le rapport termine en ajoutant que les salaires ont augmenté de 1% alors que les bénéfices des entreprises ont explosé de 141%.

Ben, en fait, ça ne m'étonnerait pas que ça soit vrai ...

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

@tom 23/06/2007 04:25

J'aurais tendance à penser que la réalité se situe entre les deux. Mais entre les chiffres officiels et ceux de l'Oxfam il y a une sacrée marge, alors...

Tony 21/06/2007 22:43

Précisions :1/ je n'ai pas prétendu être parfait.2/ je n'ai pas prétendu que quelqu'un d'autre pouvait l'être3/ je ne connais pas HRW... mais dès que j'ai un moment, j'approfondis cela...à demain ? ;-)

El Nino 22/06/2007 05:22

A 2 pieds plutôt ? :)

Tony 21/06/2007 20:20

Tu avais lu ce que j'avais écris sur mes amis du boeuf célèbre ?Ce sont malheureusement les premiers à donner des leçons et les derniers à les suivre. C'est peut-être une ONG, mais une Organisation Nulle et Grotesque !!!

El Nino 21/06/2007 20:32

C'est rare que j'ai confiance dans les ONG en fait. Mais j'ai un petit bouquin édité par Oxfam sur les pratiques de Chiquita en Amérique Centrale.Je ne me souviens plus de ton article. Mais de toute façon, personne n'est parfait, et je préfère nettement Oxfam à HRW.