Santiago a le mal des transports

Publié le par El Nino

Trois mois après son lancement, le Transantiago, le nouveau plan de transport de la capitale du Chili, tourne au cauchemar. Autopsie d’une fausse bonne idée qui met Santiago sens dessus dessous et qui provoque la première véritable crise politique de la présidence de Michelle Bachelet.

Lire l'article sur : http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=2275

Peut-être que Tom pourrait nous en toucher un mot.

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

@tom 23/06/2007 04:33

effectivement le projet était sur les rails du temps de Lagos, mais le gouvernement Bachelet qui l'a fait démarrer. Les deux sont responsables, mais elle plus que lui.Une certaine presse (la plus conservatrice) critique la femme, la divorcée, mais aussi l'ennemie de Pinochet. Mais je trouve que la majorité des médias se contentent de critiquer sa politique. En revanche, ils ne s'en privent pas.J'ai l'impression qu'elle n'est pas mauvaise, mais qu'elle ne sait pas bien gérer son équipe (peut-être s'est-elle mal entourée?), coincée qu'elle est à devoir concilier sensibilité de gauche et de centre-droit. Lagos, qui avait un vrai charisme, y parvenait beaucoup mieux

El Nino 23/06/2007 04:44

Bon moi je "préfère" Bachelet parce qu'elle paraît plus sympa, mais je sais que c'est une notion qui n'a rien avoir avec la politique.

El Nino 21/06/2007 04:26

Je me suis demandé aussi pourquoi on faisait autant de bruit autour de ce truc ... C'est à se demander si la presse oligarque (qui a soutenu le candidat de la droite je pense) ne critique pas par pur sexisme contre Bachelet.Maintenant, je ne dis pas que c'est une bonne présidente, mais il faut critiquer ce qui est criticable. Le projet a été lancé sous l'ancienne présidence j'imagine. Pourquoi ne pas critiquer Lagos et aussi la municipalité de Santiago ?

@tom 21/06/2007 03:16

Pas grand-chose à rajouter, l'article est assez complet. Je note juste que la grande erreur du Transantiago est d'avoir été mise en place sans concertation des usagers (pour un gouvernement qui s'appelle la Concertacion, c'est un comble!) Les usagers n'ont rien compris au soudain changement de système, malgré la campagne d'information confiée par le gouvernement l'ex-star du foot et héros national Ivan Zamorano (depuis, il parle de s'expatrier...)J'irai plus loin que l'auteur en disant que les problèmes du Transantiago ont grandement occulté le reste de l'actualité. Depuis 3 mois, on ne parle que de ça, ou presque. Et comme la majorité des médias sont hostiles au gouvernement, ils en remettent un couche dès qu'ils peuvent. Alors que tout n'est pas si noir, puisque la pollution a baissé (un peu) et que certains trajets sont bien plus rapides qu'avant.Mais l'attitude des entreprises montre bien que la coopération public-privé, de manière générale, ne fonctionne pas (je pense aux cliniques avec obligation de service public dans les zones rurales françaises...) Il y a aussi les chauffeurs qui laissent parfois monter les usagers sans payer. Pourquoi? Parce que leur salaire ne dépend pas de ce que paient les usagers, et ils considèrent qu'ils sont là pour conduire, pas pour faire la police. Par ailleurs, beaucoup de chauffeurs sont déçus par le Transantiago.En revanche, si la proposition de Frei de nationaliser le Transantiago est acceptée, ce serait une petite révolution. Le Chili n'a sans doute pas connu de mesure autant "de gauche" depuis Allende.Sinon, pour mon expérience personnelle, je ne suis pas touché puisque vivant dans la région de Valparaiso. Et je vais rarement à Santiago.Ben fait j'ai fait long... je crois que je vais publier ça chez moi, du coup!

Tony 19/06/2007 07:44

Hola !J'ai lu ça aussi hier... et je me suis aussi dit qu'il fallait que Tom en parle... :-)