Peru Real sigue vive !

Publié le par El Nino

Eh bien non rassurez-vous  : je ne suis pas mort ! Pendant ces presque 3 jours, je me suis retrouvé sans connection, sans téléphone (bon, ça, on s'en fout). Comme avait dit Coluche à propos du pinard qui manquait pendant la guerre : "Ah on a souffert !"
Malgré tout cela, pendant ces jours-ci, l'audince est restée à un bon niveau et merci à vous pour vos commentaires.
Mais avant de disparaître dans les sous-bassements de l'infra-monde d'Internet (j'ai trop regardé ma vidéo sur les Mayas, moi), j'ai eu le temps d'envoyer une bombe. Vous vous souvenez de l'article sur la "liberté d'expression au Pérou" ? Eh bien, moi qui suis opportuniste et un peu culotté, j'ai écrit au gars  (Tankar) et il m'a répondu. Voici sa réponse en espanol, et la traduction suit :

Señor IVES:
Es una alegría leer tu mensaje. Al leer mi artículo en su blog, me sentí realmente contento y le agradezco muchísimo por haberlo traducido a la lengua de Víctor Hugo. Nuevamente, gracias.
Lo que dije en ese artículo es realmente lo que sucede en el Perú. Yo he trabajado en casi todos los periódicos de Lima desde que tenía 19 años (ahora tengo 36) y conozco lo que sucede en los medios de comunicación. Ahora dirijo un periódico en Andahuaylas (Apurímac), y escribo mis libros (cuentos, novelas). Claro, no domino perfectamente el español porque yo soy kechwa pero trato de aprenderlo porque es una necesidad en un país donde si no sabes español, te marginan.
No sólo me dedico a eso. También estoy organizando a las radios y periódicos pequeños de las provincias en asociaciones, eso con el fin de democratizar la información, para terminar con esa dictadura de los medios de Lima, aunque este trabajo es muy difícil (radios y periódicos kechwas, aymaras). Quizás haya en Europa algunos amigos que puedan ayudarnos. Nuestro esfuerzo es limitado, estamos frente a grandes intereses políticos y económicos que con su leyes (licencias, permisos, etc) nos obstaculizan en nuestro empeño. Sin embargo, estamos decididos a caminar hacia una democracia participativa, donde todos los sectores participen, donde todos tengan voz, donde todos se sientan representados.
Espero seguir manteniendo comunicacion contigo. He publicado un relato (novela corta) de carácter ecológico. Si se podría traducir al francés, le agradecería muchísimo (aqui salio hace dos años y se ha agotado la primera edicion). Le felicito también por interesarse por temas de Perú. Algún día este países será mejor, y le agradecerá. Creo que uniendo fuerzas y voluntades podemos hacer de nuestros pueblos un mundo mejor.

Yves,

C'est une joie de lire votre message. De lire mon article dans votre blog, je me suis senti vraiment content et je vous remercie beaucoup de l'avoir traduit dans la langue de Victor Hugo. Encore une fois, merci.
Ce que j'ai dit dans cet article est vraiment ce qu'il se passe au Pérou. J'ai travaillé dans presque tous les journaux de Lima dès l'âge de 19 ans (maintenant, j'en ai 36) et j'ai connu ce qu'il se passe dans les médias. Aujourd'hui, je dirige un journal à Andahuaylas (département d'Apurimac), et j'écris des libres (contes, nouvelles). Je ne maîtrise pas parfaitement l'espagnol parce que je suis quechua mais j'essaie de l'apprendre parce que c'est une nécessité dans un pays où si tu ne connais pas l'espagnol, on te marginalise.
Je ne me dédie pas seulement à ça. J'organise aussi des radios et petits journaux dans la province, dans le but de démocratiser l'information, pour terminer avec cette dictature des médias de Lima, bien que ce travail soit difficile. Peut-être qu'il y a en Europe quelques amis qui peuvent nous aider. Notre effort est limité, nous sommes face à de grands intérêts politiques et économiques avec ses lois (licences, permis, ...) qui nous empêchent de nous développer. Cependant, nous sommes décidés à marcher vers une démocratie participative, où tous les secteurs participent, où tout le monde peut faire entendre sa voix, où tous se sentent représentés.
J'espère pouvoir rester en contact avec vous. J'ai publié une courte nouvelle à caractère écologique. Si cela peut être traduit en français, je vous en remercierais beaucoup. Je vous félicite aussi pour vous intéresser pour les sujets du Pérou. Un jour, ces pays seront meilleurs. Je crois qu'en unissant nos forces et nos volontés, nous pourrons faire de nos villages un monde meilleur.


Publié dans Médias

Commenter cet article

ElNino 19/06/2007 18:32

Des Indiens, il y en a dans le Nord à San Pedro. Rejetés des centres-villes car c'est pas bien de les avoir dans les restos évidemment.Il y a aussi les Mapuche, mais là j'ai du mal à suivre.Sinon, je trouve aussi aussi ce qu'il dit émouvant. C'est d'ailleurs à peu près ce que je lui ai répondu : "Vos quelques mots pleins de simplicité valent plus que tous les discours des derniers présidents".

Serge 19/06/2007 17:31

Emouvante la lettre de ce gars-là!

@tom 19/06/2007 00:00

En tant que journaliste, ça m'intéresse particulièrement! Là où je vis au Chili, il n'y a pas de communautés indiennes, mais je sais que ce type de ségrégation existe toujours dans les zones plus rurales du Chili. Mais peut-être un peu moins...

ElNino 18/06/2007 21:49

Je lui répondrai demain Tony, et on verra si ça vaut le coup. Je compte bien rester en contact avec lui car j'imagine qu'il a plein de choses intéressantes à me raconter.

Tony 18/06/2007 21:40

Je pose ma candidature pour faire la traduc anglais et italien si c'est intéressant... sans m'avancer... ;-)