Snirf

Publié le par El Nino

Non, je ne renifle pas parce que mon chien est mort (et d'abord, j'ai pas de chien). Je renifle parce que j'en ai marre de ce temps de merde. Dans un de mes articles d'il y a déjà quelques semaines (je suis plus lequel), je déclarais que j'espérais que cet hiver ne me foutte pas trop en l'air mon nez et ma gorge. Eh ben c'est gagné ! En fait, il fait tellement humide et "froid" (ben oui, 16° c'est froid) que dès que je me lève, ma gorge et mon nez réagissent à l'ambiance extérieure. Hier et aujourd'hui, le temps est à la bruine au petit matin, une ambiance donc très humide et mon corps y est directement sensible. Je n'ai même pas besoin d'ouvrir les tentures : mes sens me disent directement quel temps il fait dehors. A la première crise d'éternuement, je me rends compte qu'il fait dégueulasse dehors. En un sens, c'est pratique, et je deviens - horreur et damnation, me diriez-vous - un vrai Liménien. Bientôt, je pourrai prévoir le temps qu'il fera le temps le lendemain et à quelle heure le soleil percera. Plus besoin de supercalculateurs pour s'occuper de tout cela.
Ceux qui ne me croient pas n'ont qu'à regarder à gauche : 16° et un ciel bouché. Et encore, en journée, la bruine cesse, la base des nuages se lève un peu. Mais cela reste désagréable, et il n'y a aucune raison pour avoir une amélioration significative avant septembre (sauf certains jours).

On se soigne comme on peut. Ce matin, je me suis pris un café et on dégage le nez comme on peut. Faut bien ça avant de donner cours. Pour ceux qui s'inquiéteraient de mon sort, sachez que tout le monde est comme ça, que les nez qui reniflent se comptent par dizaines, que les élèves ont du mal à arriver à l'heure (quoique ça va encore) et que le soir, c'est une véritable épidémie de fatigue après une journée franchement grise. Hier, c'était très difficile. J'ai vite compris que je ne tirerais rien des élèves jusque 21h et que la dernière demie-heure se ferait avec une vidéo de présentation touristique sur le Pérou (en français évidemment). Au moins, ça les a réveillés, et ils sont sortis contents.
Le climat de Lima est à l'opposé de ce qu'on pourrait attendre d'une ville situé à une latitude intertropicale : bien qu'il soit chaud en été, il est pourri en hiver, et celui-ci a décidé d'être infernal avant même de commencer ce 21 juin. La patience sera de mise !

Publié dans Voyage et Nature

Commenter cet article

Tony 12/06/2007 21:01

Ben, renommes ton blogue : la Meteo real !!!

El Nino 12/06/2007 21:09

Ben j'y peux rien si le temps est merdique, et si le climat est important au Pérou.