Connardsdemedias aigüe vs gossederiche aigüe

Publié le par El Nino

J'ai connu Arnaud il y a un an lorsque mon frère est venu au Pérou en plein tour du monde. Il l'avait rencontré alors dans le bus reliant Santiago à Lima. 55h (vous en avez encore mal, j'en suis sûr) de voyage un peu chaotique mais fraternel, dira-t-on. Et donc, voilà Arnaud qui débarque avec mon frère et ce dernier nous demandant si on ne peut héberger Arnaud le temps d'une nuit. Vous pensez bien qu'on a accepté. Mais j'ai tout de suite su qu'Arnaud et moi, on avait des  choses en commun sur des points assez fondamentaux, notamment sur notre vision de l'Amérique Latine, et même peut-être du monde. Après tout, si mon frère avait sympathisé avec lui dans le bus, et que je suis proche mentalement de mon frère, il y avait fort à parier qu'on  pouvait sympathiser.
Ce n'est que dernièrement que je me suis plus rapproché d'Arnaud. On avait bien discuté sur MSN avant, mais ce n'est qu'à la faveur d'un stage à l'Alliance de Lima, mais aussi grâce à ses 2 blogs qu'on a commencé à se rapprocher. Et ça fait du bien ! Et je pense qu'on va faire un bout de chemin ensemble. Je suis content parce que je n'ai pas énormément d'amis à Lima et au Pérou. Pas que cela me perturbe, mais cela compte dans la vie d'un homme. 

Je dis tout cela parce qu'Arnaud vient de publier dans son blog un article sur ce qu'il pense de l'éducation au Pérou, de ses relations avec les gosses de riches au collège privé où il enseigne à Trujillo. Moi, en ce moment, j'ai bien envie de foutre une bombe dans les différents studios de chaînes de TV  mais aussi dans les bureaux de El Comercio. Vous m'excuserez de ces mots un peu directs, mais quand on dit dans ces torchons que "l'Etat de droit  existe au Pérou", je grimpe au mur.
Les gosses de riches, ouais, je connais ça aussi, mais surtout d'une manière indirecte. J'ai la chance de n'avoir jamais eu un de mes élèves me manquer de respect, et me dire qu'il s'en fout des profs, de son cours de français, et qu'il veut un diplôme. C'est peut-être ma taille, mon style (tout à fait respectueux, je précise), ma nationalité (c'est vrai qu'être Breton, c'est pas un cadeau ... hé je plaisante canaille !), mais je n'ai pas de quoi me faire du mourron. En fait, la plupart des problèmes qui me font penser comme Arnaud, à savoir que les gosses de riches ce sont des morveux, ce sont les expériences de mes collègues. Encore récemment, une collègue péruvienne a recalé un gars adulte, et l'élève lui a répondu que "elle avait certainement rédigé l'examen dans le but de le recaler". On pourrait répondre d'abord que la paranoïa, ça se soigne. Ensuite, il faut savoir que les examens tels que ma collègue avait donnés sont rédigés par la coordination, et non par les profs, et que de toute façon, un prof ne rédige jamais un examen dans le but de recaler les élèves. Cela ne doit même pas être expliqué. Une autre collègue a eu encore plus fort, elle. Elle a demandé à une de ses élèves, abstente pour un examen, de le faire à la maison (une rédaction). Bref, la voilà qui revient le lendemain. Ma collègue, attentive, remarque que l'élève donne sa copie à une copine (la meilleure évidemment) pour la corriger. Et bien sûr, alors que l'élève commet habituellement plein de fautes, sa copie est cette fois miraculeusement superbe. Ma collègue alors de dire à l'élève en question qu'elle a "triché", l'élève de s'offusquer et de déclarer qu'on l'a diffamé. La voilà donc en route vers la coordination pour se plaindre. Après la pause du cours, elle remonte en classe et ... admet qu'elle a effectivement demandé à sa copine de corriger sa copie. On croit rêver. 
Je pourrais écrire beaucoup de choses sur l'éducation au Pérou et le manque de respect envers les profs. Je ferai ma propre conclusion, vous ferez la vôtre : l'éducation péruvienne ne donne pas les principes d'autorité  au professeur et elle est élitiste. En France ou en Belgique, l'autorité est plus respectée (encore que ça ne soit pas parfait), elle est moins élitiste (là aussi, il y a des choses à revoir), et c'est bien sûr en France et en Belgique qu'on obtient de meilleurs résultats, sinon pourquoi tant d'élèves voudraient y  étudier ? En tout cas, que ces gosses de riches sachent une chose : au Pérou ils peuvent faire ce qu'ils veulent, mais en France, ils pourront juste arrêter de faire des caprices partout et de bosser honnêtement.

Tiens bon, Arnaud, on les aura !

Commenter cet article

Serge 02/06/2007 21:53

Bien sympa de me mentionner! On en reparlera le jour où je reviendrai dans ce pays et je ferai en sorte que tout cela change... Je veux dire, cet irrespect constant des gens qui sont les seuls à tenter d'apporter leur pierre à un édifice neuf.

Rémy 01/06/2007 21:27

Je connais ces gosses de riches puisque j'en ai dans ma classe...Aucun repect envers le profs et les elèves...Tient le coup coco!

ElNino 01/06/2007 21:19

Entre des gens qui te regardent comme si t'étais un moins que rien, et des petits morveux qui te font ça, je ne sais pas ce qui est le pire.

Tony 01/06/2007 21:09

Salut !Comme je ne suis pas sur que nous ayons les memes lectures nationales hors Amérique latine... je te propose ce lienhttp://rue89.com/2007/05/29/classe_chineTu verras y'a toujours pire ailleurs ! ,-)