Humilité comme mot d'ordre

Publié le par El Nino

Le comportement de certains étrangers au Pérou et plus généralement en Amérique Latine est parfois plus critiquable : il  est à vomir ! Je me souviens d'un petit dialogue que j'ai entendu entre une touriste états-unienne et une indigène vendeuse dans un petit marché de San Pedro de Atacama, Nord du Chili :


(La touriste regarde les produits)
- Touriste : "Cuanto es ?" (Combien ça coûte ?)
- Indigène : Une somme que j'ai oubliée, mais exprimée en espagnol.
- Touriste (un peu déstablisée) : "Excuse me, do you speak english ?"

Ce genre de conversation, démontrant le surréalisme de certains guides touristiques vous donnant quelques traductions de phrases toutes faites, devrait être affichée dans toutes les agences de voyages de l'Europe, des Etats-Unis, et de l'Australie. On pourrait citer d'autres exemples, encore bien plus révoltants comme ces touristes américains (encore eux !) répondant à des enfants péruviens qui quémandaient quelques soles (monnaie péruvienne) : "Fuck off !" Qu'ils ne viennent pas pleurer après s'ils se prennent des avions dans la tronche ...
Je n'oublie pas aussi les journalistes français qui arrivent en Amérique Latine sans connaître un traître mot d'espagnol. Pour communiquer, ils utilisent alors le français ou l'anglais, et forcément ont des contacts avec une frange de la population qui s'exprime dans une de ces 2 langues, et qui par voie de fait, appartient à une classe ne représentant pas la majorité de la population. C'est pour ça que les articles de la presse française sur l'Amérique Latine sont presque totalement exécrables.

Mais si je vous parle de cela, c'est parce que hier, j'ai eu une réaction dont je ne suis pas fier. Et que j'aimerais corriger à travers ce blog. Alors que j'avais demandé à mes élèves de raconter la vie d'une personne proche d'eux, une a terminé son exposé sur sa grand-mère en disant "qu'après le coup d'Etat de Fujimori, elle s'est sentie plus tranquille". Sur le moment, j'ai été un peu choqué. Mais elle a ajouté : "Oui, après le coup d'Etat, le terrorisme a disparu". Evidemment, tout cela pose la question du débat de l'autoritarisme et du terrorisme. Cela n'est pas mon propos ici. Après tout, je n'étais pas au Pérou à ce moment-là et c'est une histoire que je ne connais pas. Donc, je n'ai pas à juger. Je suis étranger dans un pays très compliqué, au passé compliqué, et avec des moeurs tout à fait différentes. J'ai évidemment une opinion très négative sur Fujimori (et c'est un euphémisme !), comme beaucoup de Péruviens actuellement. Mais je ne pense pas que je puisse me permettre de dire à ces gens comment ils doivent penser par rapport à ces évènements-là parce que je ne les ai pas vécus au plus profond de ma chair.

Je demande donc à tous les potentiels touristes qui voudraient un jour visiter le Pérou et plus généralement l'Amérique du Sud d'y venir avec beaucoup d'humilité par rapport à un mode de pensée radicalement différent, et en pensant que l'histoire y est douloureuse, qu'elle suscite des passions et qu'il vaut mieux réfléchir avant de dire quelque chose sur un sujet sensible.

Publié dans Politique & Economie

Commenter cet article

ElNino 31/05/2007 22:11

Je pense que d'une manière générale, les touristes n'ont aucun respect pour les pays qu'ils visitent. Pour prendre un exemple caricatural, mais ô combien réel, je pourrais citer celui des touristes américains qui arrivent au Pérou à Lima, dorment une nuit dans la capitale, prennent un avion régional le lendemain pour Cuzco, arrivent "au nombril du monde", visitent la ville le premier jour, la Vallée Sacrée le second et le Macchu Picchu le troisième, puis reviennent à Lima, et repartent vers les States. C'est évidemment du tourisme à la con, où on te refourgue un paquet touristique ultra-chargé, sans soigner la culture au sens noble du terme, et en te balançant les trucs du genre "ah oui là c'est un temple colonial surmontant des ruines Incas". Il y a plus qu'une impression d'énorme gachis sur l'aspect mystique de chaque civilisation péruvienne et latino-américaine d'une manière générale. Je hais le tourisme tel qu'il est pratiqué à l'heure actuelle, et j'essaie le plus possible de ne pas passer par des agences de voyage au Pérou.Mais c'est pas évident ...Donc, il n'y a pas que les américains et les français. Les anglais, les allemands (ah oui les belges aussi) sont pas très respectueux.

Tony 31/05/2007 21:14

Tu énonces ici toutes les difficultées des étrangers dans ces pays d'Amérique Latine (Pérou, Bolivie, Haïti...)+ les américains sont souvent des porcs à l'extérieur+ les français viennent d'être élu par les professionnels du tourisme espagnol plus mauvais touristes de la péninsule hibérique+ il y a souvent des touristes qui cherchent le soleil plus que la culture, et les français et les américains avec leur langue phare se croient au dessus de toute culture.+ je ne parle pas ici du principe défendu par ces deux Etats du mieux vaut une bonne dictature qu'une mauvaise démocratie, j'en parle souvent dans mes articlesaprès l'humilité, quand on l'a pas chez soi, on peut pas s'expatrier avec...Bon article, très bon article comme j'aime venir les lire au PERU REAL !