Et si on éduquait les parents ?

Publié le par El Nino

 

 

Je ne pense pas me tromper en disant qu'il y a quelques années, le gouvernement français avait proposé de sanctionner les parents qui laissaient les enfants courir vers la déliquance. A l'époque, une pauvre femme avait été vilipandée parce que ces enfants étaient devenus de petits morveux sans foi ni loi. Elle n'avait pas d'emploi, vivait avec 2 enfants, bref était dans la merde. Tout ça me semble loin. Mais c'est très typique.

Autre exemple, que les fans de "Bowling for Columbine" connaissent. Un petit garçon noir de 5 ans tue une de ses camarades de classe. Sa mère, noire, et donc pauvre, doit faire plusieurs heures de trajet par jour, pour gagner un salaire de misère, supporter les connards de clients. Elle ne peut pas veiller sur lui. Et baf, le petit garçon flingue sa copine. Quand Michael Moore demande au patron de la pauvre femme ce qu'il pense de tout ça, il ferme la porte de sa voiture de luxe de merde et se casse. Ce sont ces gens-là qu'il faudrait flinguer.

Au Pérou, rebelotte. Il existe ici ce qu'on appelle des "pandillas", des petites bandes de jeunes délinquants. C'est vrai que quand vous les voyez, vous avez envie de leur retourner la gueule. Et ils n'ont visiblement aucune conscience politique. C'est pas comme les jeunes de banlieues qui ont un discours bien plus cohérent sur le plan humain que n'importe quel bandit du CAC40. Donc voilà, des pandillas. Et la Ministre de la Femme et du Développement Social de dire que tous ces jeunes dans la rue qui volent et tuent, c'est pas normal.

Parfaitement Madame, ce n'est pas normal ! Mais je ne suis pas d'accord avec vous quand vous dites qu'ils faudraient sanctionner les parents. Si vous sanctionnez les parents, financièrement ou pénalement, vous allez encore créer plus de désarroi et vous agirez avec une politique contraire au titre de votre Ministère. Vous êtes censé développer le social. Et développer le social, c'est construire des parcs de récréation, agir pour l'emploi des jeunes, les éduquer dans les écoles, créer des clubs de jeunesses et de sport. Dans les banlieuses françaises, avant que le pétrole n'éclabousse toute la communauté parisienne, c'était presque "chic" de vivre là-bas et le parti communiste, avec sa politique volontariste et dynamique y avait un certain prestige. C'est juste dommage que Georges Marchais ait existé aussi ...

Donc Madame Virginia Borra, vous vous trompez de mission. Le social, ce n'est pas taper dans les marginaux avec un bâton, mais leur donner une chance, leur créer les conditions pour se reprendre, bref recréer le tissu social. Vous devriez renommer votre Ministère celui de l'Irresponsabilité anti-sociale ou alors démissionner.

(Virginia Borra)

DIRE120507BORRAPR1-AD-81900.jpg

 

 

Publié dans Education & Santé

Commenter cet article

Afghaelle 13/05/2007 15:09

espérons que le prochain-nouveau gv français n'aura pas la même idée lumineuse...